Blog

Pack99-Indonesie-Temples2

Deux temples en visite exclusive

  |   Ambiances, Asie, Aventure, Découvertes, Expériences, Indonésie, Insolite, Jungle & Forêt   |   No comment

 

D’une pierre deux coups en Indonésie

 

Ils sont légion les temples indonésiens. Néanmoins, il en est qui se détachent plus ou moins du lot. Parmi les incontournables : le Candi Borobudur et le Candi Lara Joggrang. Tous deux datent du XIXe siècle, tous deux sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco, tous deux se situent au cœur de l’île de Java. Tout les rapproche, y compris l’heure de route qui les sépare. Paradoxe topographique qui invite à visiter les deux sites dans la même journée. En route pour une double visite exclusive.

 

Pack100-Indonesie-Temples3

 

On a du mal à imaginer qu’autrefois gisait à cet endroit une broussaille monstrueuse car c’est là, au milieu d’un gazon impeccablement tondu, que se dresse le Temple de Borobudur, plus connu sous le nom de Candi (temple, en indonésien) Borobudur. Presque aussi haut que les arbres plantés à ses pieds, ce monument sculpté in situ dans la pierre volcanique se constitue a priori de quatre galeries de forme géométrique. Quatre galeries superposées, de non moins de cinq kilomètres de longueur, et recouvertes de bas-reliefs, représentant pour certains la cosmologie bouddhiste. Ce que l’on ignore en gravissant les marches de cette sorte de pyramide javanaise, c’est que se cache en son faîte une cinquième et ultime galerie. Sur les parois, des fresques gravées, figurant cette fois-ci les aléas de la vie humaine.

 

Pack100-Indonesie-Temples 1

 

Fier d’être parvenu au sommet (47 m de hauteur), on se tourne enfin vers son guide. Quid de ce couloir invisible au premier regard ? Plusieurs hypothèses circulent quant à la dissimulation originelle du dernier étage. Son ensevelissement tiendrait soit au désir de consolider le bâtiment principal, soit à la volonté d’occulter les réalités terrestres puisque le monument a été érigé en hommage à Bouddha. Sur la terrasse supérieure, elle même-surmontée de trois autres plates-formes circulaires, repose une série de cloches en pierre ajourées. Au centre, tout en haut du Borobudur, on découvre un stûpa inachevé, à savoir une représentation de bouddha, dont on ignore s’il s’agit d’un ajout ou d’un original. Quand on pense que cet ensemble a failli tomber dans l’oubli. On se réjouit que le gouverneur de Java ait envoyé un ingénieur néerlandais à la recherche de ce temple disparu en 1100. Retrouvé et restauré dès 1814, le site figure aujourd’hui à l’inventaire du patrimoine mondial.

 

indonesie-voyage-sur-mesure-temples-3

 

Comblé de cette visite, on reprend la route vers le Temple de Prambanan, que les Javanais nomment aussi Candi Lara Joggrang. Construit au XIe siècle, cet ensemble de 250 sanctuaires s’inscrit également dans le patrimoine mondial de l’humanité. Son effigie ? Durgā Mahîshâsuramardini, l’épouse de Shiva (alias Çiva, le bon, celui qui porte bonheur) représenté dans le bâtiment principal aux côtés de Brahma, le dieu créateur, et Vishnou troisième membre de trinité déités hindoues et Ganesh, entre autres. Une belle initiation à la mythologie asiatique.

No Comments

Post A Comment