Blog

Pack 13 - CorÇe du Sud 1

Voyage sur mesure en Corée du Sud

  |   Arts & Musées, Asie, Corée du Sud, Découvertes, Villes & Architecture   |   No comment

 

Séoul entre deux âges

 

Entre palais médiévaux et buildings futuristes, Séoul : capitale intemporelle

 
Consultez nos articles sur la Corée du Sud dans Atlantico.fr
 

Par endroit, on se croirait en 1600. Mais c’est Séoul, en 2013. Devant la porte de Gwanghwa, qui mène au palais de Gyeongbokgung, l’architecture asiatique médiévale ne laisse aucun doute quant à l’histoire de Séoul. Quand dans d’autres quartiers, les gratte-ciel ultra modernes témoignent de l’ambiance futuriste de la ville. Idéal pour un voyage sur mesure – et dans le temps – en Corée du Sud.

 
coree-sud-voyage-sur-mesure-seoul-1
 

De l’ancien coréen Seorabeol ou Seobeol qui signifie la « ville capitale », cette mégapole occupe – comme son nom l’indique – une place de centre culturel, politique et économique, à l’échelle nationale. Vieille de 600 ans, elle fascine par sa dualité. Entre gratte-ciels et palais, vestiges antédiluviens et aires de shopping, telles que Myeong-dong ou Apgujeong-dong, Séoul oscille entre tradition et modernité.

 

Gratte-ciels et maisons traditionnelles

 

Dans le centre historique, trois arcades surmontées d’un toit à deux étages rebiquent vers le ciel. C’est l’entrée du Gyeongbokgung, première résidence royale d’où le souverain exerçait son pouvoir. Reproduite en béton dans les années 1990, la porte de Gwangamun subit aujourd’hui un remodelage et un déplacement entre deux pavillons ancrés dans l’enceinte et non plus au milieu de la circulation routière.

 

coree-sud-voyage-sur-mesure-seoul-2

 

Si l’on ne s’en tenait à ce tableau « vintage », on aurait du mal à appréhender Séoul pour ce qu’elle est, à savoir une ville dynamique aux accents futuristes. Et pourtant, son ciel sera bientôt percé par les 665 mètres de la Dream Tower (2016), ainsi que par une tour de 640 mètres, plantée au cœur du DMC (Digital Media City), quartier dont le chantier doit prendre fin en 2014. On sent que ces velléités urbanistes visent une meilleure qualité de vie. Lignes de métro, centre commerciaux, immeubles résidentiels, sont autant d’espaces utiles et appréciés des Séoulites. Il ne s’agit plus de construire à tout va à des fins lucratives, mais de renforcer un potentiel d’attractivité déjà relativement bien exploité.
Qui dit décalage temporel, dit dépaysement. La plupart des activités à Séoul se nourrissent d’un va et vient permanent entre diverses époques. Passer d’un quartier à l’autre est déjà un voyage en soi.

 

coree-sud-voyage-sur-mesure-seoul-3

 

Ancien village d’aristocrates, Hanok de Bukchon, par exemple, regorge de giwas, maisons aux toits de tuiles. Situé à proximité du palais Gyenongbokgung, ledit quartier plonge ses visiteurs dans l’atmosphère de toute une dynastie, celle de Joseon. Quel contraste avec Apkujung, le secteur des « oranji », soit des jeunes hipsters séoulites. Après les tavernes authentiques, les bars à karaoké qui rappellent que le Japon, ancien occupant de la Corée du Sud, n’est pas très loin.

No Comments

Post A Comment