Blog

Pack111-Colony 3

Voyage de luxe à Jérusalem

  |   Découvertes, En Famille, En famille, Expériences, Haut de Gamme, Israel, Moyen-Orient, Notre séléction, Villes & Architecture   |   No comment

 

Jérusalem sans dilemme

 

Un hôtel grandiose

 

Consultez notre chronique sur Jérusalem dans Atlantico.fr
 

Fantasmé pour son caractère religieux et sa beauté naturelle, Jérusalem renferme de nombreux joyaux architecturaux, parmi lesquels The American Colony. Un nom qui annonce un style plutôt colonial. Or l’intérieur de cet établissement de référence mêle différentes influences, des motifs fleuris issus de la culture arabe au mobilier par endroits occidental. Que l’on dorme dans les anciens quartiers du Pasha, dans l’une des luxueuses suites du bâtiment moderne, ou bien encore dans les appartements d’un pseudo cottage, en hiver, en été, c’est avec une joie extrême que l’on découvre Jérusalem.

 

Pack111-Colony 1

 

D’entrée, le cadre semble quelque peu irréel. La lumière orangé qui réchauffe timidement la pierre en fin d’après-midi contribue à l’étonnement de chacun. Perdu dans la réminiscence des Mille et une nuits, on se souvient soudain du nom de l’hôtel, The American Colony. D’où les noms anglais qui balisent la découverte de l’établissement. Le climat est si doux que l’on commence par l’extérieur. Par une cour ombragée, abritant un potager ainsi qu’une fontaine peuplée de poissons. C’est l’East House Garden le jardin assorti, comme son nom l’indique, à l’East House, l’est du domaine. On s’assoit à l’ombre d’un olivier, la grande fierté des propriétaires. Distrait par le chant des oiseaux, on gagne sans plus tarder la cour du bâtiment principal, le cœur de l’hôtel. Difficile de ne pas humer le parfum des fleurs tant celui-ci est puissant. Parmi les arômes identifiés, la fragrance de quelques plantes aromatiques. On sait désormais où le chef vient cueillir ses herbes. Son restaurant se profile d’ailleurs derrière un mûrier feuillu qu’asperge régulièrement une fontaine. Non loin de ce cadre idyllique, le Summer Bar accueille les clients friands de barbecues et cocktails exotiques.

 

Pack111-Colony 2

 

Son verre à la main, on continue la visite. Quelle chance de séjourner dans la suite du pasha à l’origine de cet hôtel ! Elle donne sur le patio jouxtant la réception, noyau dur de l’établissement. Orné d’antiquités tant orientales qu’occidentales, cette chambre arbore pourtant une grande sobriété. Un vaste lit à baldaquin domine la pièce. Voilà à quoi ressemblait, mis à part quelques écarts, le style ottoman dans les années 1800. Regroupées au sein de Palm House, les Classic Pasha rooms sont presque tout aussi spacieuses, quoique franchement modernes. Cassé, éclatant, crème… une couleur préside les lieux : le blanc, symbole de sérénité.

 

Pack111-Colony 4

 

Et pourtant ce havre de paix s’est souvent retrouvé au cœur de divers conflits. Une suite de déboires personnels poussent Horatio and Anna Spafford, un couple de Chrétiens croyants, à quitter Chicago, en 1881, et à trouver refuge sur la terre sainte de Jérusalem. Leur vocation ? Aider leur prochain. Hôtes d’individus de nationalités et de religions différentes, « les Américains » – nom qu’on leur attribue dans le voisinage – tombent sur un groupe de Suédois et d’Anglais qui les aide à bâtir un palais pour le pasha et ses cinq femmes. Une commande qui devient, en 1902, The American Colony Hotel. Pas de tensions avant 1917 : l’un des draps de l’hôtel est alors brandi tel un drapeau en signe de trêve. Une geste qui mit fin au règne ottoman à Jérusalem. Propriété ni arabe, ni juive mais avant tout américaine, fondée à des fins charitables, l’hôtel jouit d’une neutralité qui plaît. C’est certain !

No Comments

Post A Comment