Blog

Kamtchatka - Atlantico

Entre volcans et saumons : voyage d’exception au Kamtchatka

  |   Atlantico Grand Large, Europe, Montagnes, Russie   |   No comment

 

Les volcans de l’Extrême Orient

 

A l’extrême nord-est de la Russie, la péninsule du Kamtchatka est l’un des endroits les plus sauvages du monde, où l’on explore des volcans actifs et où l’on pêche variétés de saumons.

Article publié sur Atlantico.fr le 22 juin 2013

Quand on a le goût de l’aventure, on n’hésite pas une seconde. On file au Kamtchatka, à l’exploration des volcans. A l’extrême est de la Russie, la presqu’île du Kamtchatka est l’une des zones les plus volcaniques du monde. Directement située en face de l’Alaska, la région était très stratégique durant la guerre froide et donc très inaccessible. Aujourd’hui, l’accès y est (un peu) moins difficile, et ces voyages d’exception sont très prisés des amateurs de volcans.

 

voyage-exception-kamtchatka-volcans-1

 

A neuf heures de vol de Moscou, Petropavlovsk-Kamachatsky (Saints-Pierre-et-Paul du Kamtchatka, en russe). La cité portuaire, principale ville de la région, est le point de ralliement obligatoire avant de se lancer dans l’exploration des volcans. Scruter l’horizon suffit pour entrer dans le vif du sujet. La ville est en effet bordée de deux grands volcans : le Koriakski (3 456 m) et l’Avatcha (2 741 m). Actifs, ils sont toutefois muets depuis plusieurs décennies. Au départ de Petropavlovsk, il faut plusieurs heures, à bord d’un camion tout terrain, pour s’approcher des premiers cratères. Les routes sont difficiles, et là où le 4×4 ne passe pas, un véhicule à chenille prend le relais. Jusqu’à un campement, où c’est un hélicoptère qui attend les aventuriers.

 

voyage-exception-kamtchatka-volcans-2

 

Direction le Mali Semliatchik, à 1 653 mètres d’altitude. Après plusieurs survols, l’hélico se pose au bord d’un cratère baigné d’une impressionnante eau turquoise. La première randonnée du voyage se tient dans un décor tant divin qu’apocalyptique. Plusieurs ascensions sont possibles dans la région. Comme celle du Goreli (1 829 m) qui mène vers un double cratère où reposent deux petits lacs acides. Ou celle du Tolbatchik, dont la caldeira, à plus de 3 0000 mètres d’altitude, ouvre un double panorama exceptionnel, sur une vallée désertique d’un côté et sur son cratère d’un kilomètre de large de l’autre.

 

Mais la montée que l’on se réserve, c’est celle du Kiloutchevskoï, le plus envoûtant de tous. Du haut de ses 4 835 mètres, c’est le point culminant de la péninsule. Né il y a 6 000 ans, le Klioutchevskoï est vu d’un très mauvais œil par les Kamchadais, alias Itelmènes, l’ethnie du coin. La légende raconte que des esprits, nommés Gomouly ou Kamouli, s’amuseraient à semer des cadavres de baleines derrière eux après s’en être repus. Sordide.

 

voyage-exception-kamtchatka-volcans-UNE

 

Le mythe n’a pas effrayé l’alpiniste Daniel Gauss et deux de ses acolytes, qui le franchirent pour la première fois en 1788. Un exploit que n’ont pas réussi les victimes de l’expédition de 1931, tuées par des projections volcaniques.

 

Gardant bien le premier exemple en tête, on avance le long d’une allée de bouleau, dévoilant, au fur et à mesure, son imposante silhouette et ses flancs verdoyants saupoudrés de neige. L’édifice marron, vert et blanc se dégage majestueusement dans la clarté d’un ciel pur. Une auréole de fumerolles nimbe son sommet. La motivation est là. A peine franchis les premiers mètres, on sent la température augmenter. C’est alors qu’un nuage de fumée perce l’horizon. Que faire ? Continuer ou reculer ? Quand on a le goût de l’aventure, on n’hésite pas une seconde. La tentation est trop forte pour pouvoir être contournée.

No Comments

Post A Comment