Blog

Pack27 Vietnam_Saigon 1

Vietnam: Saïgon et le dragon français

  |   Asie, Atlantico Grand Large, Vietnam

 
Article publié sur Atlantico.fr le 3 novembre 2012
 

Qu’est-ce qu’un nom ? Tout et rien à la fois. Un assemblage de lettres, un signe, mais surtout un indice historique. Grand port cambodgien initialement nommé Prey Kor, Saïgon doit son premier changement d’identité aux Annamites qui l’envahirent aux XVIè siècle. Ce n’est qu’en 1975, après la guerre du Vietnam que la métropole fut rebaptisée Hô-Chi-Minh-Ville. Proche du delta du Mékong, sur les rives du Dong Nai, elle fut conquise par les Français en 1859,  pour devenir la capitale de la Cochinchine, puis celle de la République du Vietnam, en 1954. D’où son surnom de « Paris de l’Extrême-Orient ». Si Hô-Chi-Minh-Ville a perdu l’essentiel de son patrimoine colonial, quelques monuments d’origine (et non de forme) hexagonale représentent des sites touristiques majeurs. À croire que le chauvinisme à parfois du bon.

 

Pack27 Vietnam_Saigon 2

 

C’est rue Đồng Khởi, l’ex-rue Catinat, que semble se concentrer l’ensemble du patrimoine colonial français. Besoin de se recueillir ? Ancienne pagode abandonnée par les Vietnamiens durant la guerre de conquête, la cathédrale Notre-Dame de Saïgon accueille les touristes tant religieux que laïcs. Si elle ressemble énormément à son modèle et homonyme parisien, elle arbore pourtant une façade rouge qui trahit ses racines. Les briques qui la constituent proviennent en effet de Toulouse. La grande poste centrale, quant à elle, tient sa charpente métallique du célèbre Gustave Eiffel. Outre des timbres et des enveloppes, on y trouve une vieille carte du réseau téléphonique de la Cochinchine des années 1930.

 

Besoin de dormir ? Besoin de s’instruire ? Deux hôtels saïgonnais rentrent également dans l’histoire. Érigé en 1925 pour la compagnie Huibon Hoa, Le Majestic a tout d’un établissement typiquement colonial. Œuvre de Pierre Cazeau, Le Continental fut, de son côté, construit en 1880, avant de devenir le point de chute favori d’André Malraux et de sa femme, entre 1924 et 1925. Un de ses plus grands atouts est très certainement son emplacement, à côté d’une des clefs de sol, clefs de voûte, de la culture vietnamienne.

 

Pack27 Vietnam_Saigon 3

 

Besoin de musique ? Celle de l’opéra, soit du théâtre municipal, adoucit incontestablement les mœurs. Bâtie en 1900, cette institution se veut la réplique du Petit Palais de Paris, érigé la même année. Conçue par l’architecte Félix Olivier, sous le férule du cabinet Ernest Guichard, elle fut quelque temps le siège du Parlement de la République du Vietnam. Gothique, flamboyant, son style s’attira les foudres de la critique. C’est du reste pourquoi, à l’occasion du tricentenaire de la ville, le gouvernement fit ôter certaines décorations, inscriptions, ainsi que quelques meubles français tout en veillant à préserver un éclairage et une acoustique parfaits.

 

Adieu le deuxième balcon ! Du premier rang, que voit-on ? Saïgon, parangon d’élégance. Une élégance en partie héritée de la France. Quelle chance !