Blog

vietnam-UNE

Le Vietnam sur les traces de Duras

  |   Arts & Musées, Asie, Vietnam

On manque de se faire renverser par un vélo. Bienvenue au Vietnam où les deux roues fusent de toutes parts. La ligne des maisons, extrêmement graphique, n’a d’égal que leurs vives couleurs. On comprend que Loÿs Pétillot s’en soit inspiré pour ses bandes dessinées. Si ce célèbre auteur est né à Sa Déc, dans la province de Dong Thap au sud du pays, Marguerite Duras, elle, y a passé son adolescence, de 1928 à 1932. C’est là qu’elle vécut une histoire passionnée avec le riche marchand Huynh Thuy que raconte son plus célèbre roman, L’Amant (Prix Goncourt 1984). Un séjour sur-mesure placé sous le signe de la littérature.

 

vietnam-Duras

 

« Un jour, j’étais âgée déjà, dans le hall d’un lieu public, un homme est venu vers moi », ainsi s’ouvre L’Amant, le roman relatant la liaison passionnée qu’entretint Marguerite Duras avec un riche marchand chinois. Se déplacer en limousine favorise l’identification aux personnages. C’est par ce moyen de transport que Huyng Thuyn conduisait la future écrivain ; dans ce type de véhicule que l’on se rend à l’école mixte Trung Vuong Sadec, où enseigna, avant de devenir directrice, la mère de Marguerite. Passage-éclair dans les salles de classes aux murs jaune pastel avant de rouler jusqu’au 255A, rue Nguyen Hue. Telle est l’ancienne adresse de la famille de Huynh Thuy, ouverte au public depuis 2009.

 

La simplicité des lieux surprend lorsque l’on connait le statut de ses premiers propriétaires. Construite en 1895 par le père du « Chinois », cette maison fut restaurée en 1917 au goût des colons français. La peinture du portail s’effrite. Le sol de la cour se fissure. Entre deux plantes décoratives, des balançoires menacent de rompre. Seulement quelques éléments témoignent du faste passé de cette résidence passée de 700 m² à 200 m². Les poignées en or de la porte d’entrée préfigurent une décoration essentiellement faite de dorures. Le carrelage arbore un motif introuvable de nos jours, les murs sont gravés de fleurs et de symboles chinois, les fenêtres habitées de vitraux. Dans la chambre, une télévision et un phonographe, premier cadeau offert par Huynh Thuy à sa jeune maîtresse. Et pas des moindres, étant donné le caractère novateur de ces objets à l’époque.

 

Vietnam-Duras

 

Dernière étape de ce pèlerinage littéraire : le tombeau en béton du « Chinois », enterré avec sa femme, morte aux États Unis en 2004. Pourquoi le rappeler ? Parce que dans l’imaginaire collectif, Huynh Thuy et Marguerite Duras étaient promis l’un à l’autre. On peut se consoler soit en supposant que leur amour perdura malgré leur séparation forcée (par le père du marchand) soit en allant explorer le marché aux fruits et aux épices de Sa Déc, dont l’histoire ne se résume pas qu’à celle de L’Amant. Capitale du Dong Khau Dao au XIXe siècle, la ville servit de base à la marine américaine, en 1966 et 1967, avant de devenir une des zones industrielles principales du Vietnam. Anones, caramboles, dattes, kakis, kumquats, litchis, mangoustans… Rien de tel que ce festival de couleurs et de saveurs pour ponctuer cette excursion exceptionnelle.