Blog

pep-perou-ecolo-4

Top 3 écolo en Amérique latine

  |   Expériences, Hébergements insolites, Notre séléction, Pérou   |   No comment

 

Pérégriner dans des conditions de luxe n’empêche pas de respecter l’environnement. En Amérique latine, de la Bolivie aux îles Galapagos, qui dit nature, dit aussi tourisme durable. L’écologie joue un rôle central dans les visites proposées par les agences de voyages locales. La plupart travaillent en étroite collaboration avec des communautés engagées. Leur point commun ? Un optimisme inébranlable face à un réchauffement climatique des plus inquiétants. Alors que la COP21 a battu son plein en France, nous sommes allés au Pérou pour voir ce qui était mis en œuvre, là-bas, afin de protéger la planète. Voici 3 organisations vertes de courage.

 

1. Tierra de los Yachaqs

La tête de cette association rurale nous conduit au cœur de la Vallée sacrée des Incas, alias Vallée de l’Urubamba, où travaillent huit communautés différentes. On s’attendait à un paysage jauni par la chaleur. La verdure alentour caractérise pourtant les Andes du Pérou. On aurait pu aller à la rencontre d’artisans textiles, s’initier aux rituels des Enfants de la terre, entreprendre une promenade à dos de lama, s’acheminer vers Antisuyo, le Pérou dit amazonien, interviewer les agriculteurs de Chichubamba, se baigner dans les chutes de Perolniyok, explorer les carrières de Cachiccat, mais c’est la route de l’Achupalla qui a remporté la faveur du groupe. Cette plante est synonyme d’hospitalité chez les Janacs Chuquibamba, qui l’emploient pour fabriquer de la vaisselle, des cordes, des sacs, des outils… De beaux souvenirs en perspective pour une expérience exceptionnelle, une voyage exceptionnel.

 

Voyage exceptionnel en Amérique latine

 

2. Kusi Kawsay

Dans une pièce aux murs couleur terre cuite des applaudissements lents mais puissants résonnent au diapason de comptines. On vient de pénétrer une salle de classe. Kusi Kawsay signifie « vie heureuse » en quechua. C’est aussi le nom de l’institution péruvienne chargée de réconcilier les étudiants issus du système public avec leurs traditions locales. Ses dirigeants s’inspirent de la pédagogie Steiner-Waldorf, qui intègre l’art, la danse, la couture et la musique dans les études quotidiennes. Le professeur qui préside à la dizaine de pupitres présents ne parle pas espagnol, mais le quechua justement. L’apprentissage de ce dialecte a pour but de renforcer l’identité culturelle des élèves. Pour assurer leur avenir, l’organisation Kusi Kawsay a aussi lancé le Kusi Ñan Organic Agriculture Project, ferme agricole que les diplômés de l’école sont invités à faire tourner au lieu d’aller tenter leur chance dans quelque grande ville.

 

Voyage exceptionnel en Amérique latine

 

3. Queuña Raymi Tree Planting Project

Plus on prend de l’altitude dans la Vallée sacrée, plus il y a de monde étonnamment. Des petits, des grands, des personnes âgées, des casques de chantiers, des casquettes de rappeurs en herbe, des t-shirts, des K-ways (il ne fait pas si chaud)… Les uns déblaient, brûlent des brindilles ; les autres coupent des bûches, bêchent, creusent des sillons… À quoi doit-on cet attroupement ? Au Queuña Raymi Tree Planting Project, projet de reforestation dont l’objectif gravite autour d’un million d’arbres d’ici la fin de l’année 2020. L’entraide est générale. Dans ces conditions, on donne volontiers un coup de main. Bénévolement, bien sûr. Rares sont d’ailleurs les riverains qui réclament un salaire. La pluie menace. Il est temps de rentrer. À l’hôtel ? Non chez Jaime, le chef de chantier qui convie tout le monde à dîner dans son humble demeure.

 

Voyage exceptionnel en Amérique latine

No Comments

Post A Comment