Blog

Tanzanie-safari-insolite-6

Tanzanie: Kwihala Camp

  |   Afrique, Atlantico Grand Large, Tanzanie   |   No comment

 
Article publié sur Atlantico.fr le 26 mai 2012
 

C’est l’histoire d’un homme. Ou plutôt de la passion d’un homme pour un continent. Celle de Carlo Rossi pour l’Afrique. Une passion qui l’a mené à posséder aujourd’hui un des camps les plus reconnus de Tanzanie.

Pourtant, rien ne laissait présager une telle trajectoire dans la vie de cet Italien d’origine. «En 1993, à la fin de mes études, j’ai été engagé dans une agence de voyage en Italie. J’y ai travaillé pendant cinq ans», se rappelle le Transalpin. Et puis, comme souvent dans la vie, une occasion s’est présentée. Et il a sauté dessus, sans hésitation. En 1998, Carlo se voit offrir l’opportunité de travailler au Zimbabwe dans une agence de réceptif. Dans ce pays situé au nord-est de l’Afrique du Sud, il découvre le continent africain, ses cultures, sa nature…et surtout son industrie du safari. Puis il tente une nouvelle aventure en Tanzanie, en l’an 2 000. Là-bas il continue un moment son travail de réceptif avant de changer de cap en 2005. «Cela m’aura pris 12 ans mais au final j’ai réussi à créer mon propre camp. D’abord dans la réserve de Serengeti pendant 2 ans. Et j’ai voulu rêver et voir plus grand donc depuis 6 ans je suis installé à Ruaha». Avec ce changement, Carlo prend le plus grand pari de sa vie. En Tanzanie, la majorité du tourisme se passe en effet à l’époque dans le nord, autour de la réserve de Serengeti. «Mais le sud correspond mieux à la nouvelle génération. Le tourisme dans le Nord était complètement saturé il y avait déjà énormément de camps. Je n’avais aucune chance dans ces conditions de me développer et de prouver mes compétences», raconte-t-il avant de reconnaître : «il y avait beaucoup plus de place, mais ça a été extrêmement difficile au début».

 

kwihala1
Car à cette époque, personne ne croît à Ruaha. Le tourisme se passe à Serengeti et les touristes y sont légions, donc, a priori, pas de raison de changer. Effectivement… Sauf qu’en prenant le pari de s’exiler loin des hordes de touristes, Carlo est parvenu à créer un camp différent des autres en Tanzanie. Et Ruaha est, depuis, de plus en plus connu et reconnu. Toutes les caractéristiques de la savane y sont réunies, une vie sauvage, des rivières et des paysages étonnants. Mais aussi des animaux que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Et surtout un environnement intact, au milieu duquel on se sent seul, beaucoup plus seul qu’au nord… A Ruaha, Carlo a voulu «recréer la même chose qu’à Serengeti. Je veux que Ruaha soit aussi connu. Je crois que ce serait mérité, c’est une grande chance de découvrir quelque chose de méconnu. Mes clients trouvent tous ça génial d’ailleurs». Carlo Rossi aime l’Afrique, et il souhaiterait que chacun de ses hôtes quitte son camp avec le même amour que lui pour le continent africain. Pour préserver ce qu’il aime, Carlo a fait de son camp de Kwihala un camp semi-permanent. C’est-à-dire que selon le moment de l’année, il est installé à deux endroits différents : «Cela donne la chance aux sites que nous utilisons de se régénérer, ce qui réduit notre impact sur l’environnement», explique-t-il. Une chose ne change pas pourtant entre les deux emplacements : on a toujours l’impression de ne faire plus qu’un avec la nature. Et pourtant le camp est de grande qualité. Spacieux, confortable, et bâti de sorte à perturber aussi peu que faire se peut la faune et la flore, il dispose même d’électricité !

 

kwihala2
Bref ce qu’offre Carlo Rossi à ses invités c’est avant tout «une expérience géniale, au milieu de nulle part, avec des guides qualifiés. Ce n’est pas un simple safari, c’est une chance d’être ensemble et de découvrir ensemble la savane». Tout est dit.

 

Techniquement:
Style : Camp de luxe en Tanzanie
Tentes : 6 de 40m² avec salle de bain et électricité
Enfants : A partir de 12 ans
Un restaurant de 150m² créé par le célèbre designer africain Jacquie Resley
Période favorable :
Date d’ouverture : 2007
Activités : Safaris
Localisation : Ruaha, 2h45 d’avion depuis Dar es Salaam ou Arusha et 45 min de voiture en compagnie d’un des guides jusqu’au camp.

Carte:

 

kwihala map

No Comments

Post A Comment