Blog

Lesic Dimitri Palace, Korcula, Croatie

Un séjour de rêve au Lešić Dimitri Palace à Korčula

  |   Ambiances, Arts & Musées, Bien-être, Croatie, Découvertes, Europe, Expériences, Iles & Littoral

Le temps des impressionnistes est révolu. Toutefois, sur l’île croate de Korčula, il n’est pas rare de rencontrer quelques artistes ambulants. Quel plus beau modèle que la mer Adriatique ? C’est sur cette étendue d’eau bleue marine que donne le Lešić Dimitri Palace, un hôtel composé de cinq suites fastueuses. Le dépaysement est grand, cela se comprend aisément.

 

Ici, chaque suite porte le nom d’une destination. Le plus grand appartement de l’hôtel, par exemple, a été baptisé Venice. Certes, l’Italie jouxte la Croatie. Or, quid des chambres voisines ? India, Arabia, China et Ceylon ne sont-elles pas exclues de la Méditerranée ? Adaptée à la culture de chacun de ces pays, la décoration entretient le sentiment d’exotisme que l’on ressent au moment-même où l’on pénètre dans le hall. Le mobilier est fait sur mesure conformément à un thème donné. Pas un univers ne se ressemble. D’où l’impression d’entreprendre un mini tour du monde dans un écrin de luxe.

 

Lesic Dimitri Palace, Korcula, Croatie

 

L’hommage à Marco Polo – son nom figure dans des brochures, sur les murs… – se lit à travers le monopole que tient la soie dans une gamme de draps immaculés. Ce sont ces mêmes draps, d’une douceur extrême, dont on se retrouve couvert au LD Spa. Là aussi le cosmopolitisme est de rigueur. Les techniques employées viennent tout droit d’Asie ; de même que certains masseurs, pour former le personnel de l’hôtel. La déco ultra épurée est signée du duo américano-thaï Philippe Stark-Attauyut Piravinich, deux références dans le monde du design contemporain.

 

Lesic Dimitri Palace, Korcula, Croatie
Le Lešić Dimitri Palace cultive surtout un agenda très rempli. À l’origine de divers événements sportifs, l’établissement encourage les voyageurs à y participer. Ceux qui refusent de s’inscrire au triathlon, par exemple, ont la possibilité de s’immerger les coulisses du Festival Baroque que Korčula abrite, depuis deux ans, en septembre. L’occasion de découvrir la vieille-ville sous un angle purement artistique. Ne dit-on pas qu’elle ressemble à une ville-musée ?

 

Lesic Dimitri Palace, Korcula, Croatie

 

Les rues de Korčula se déploient comme les branches d’un arbre dont le tronc serait une rue marchande. Si le côté ouest est fouetté par le maestral, vent estival légèrement iodée, l’aile est – puisque il est question de remparts – reste hermétique aux assauts de la bura, vent plus violent contre lequel tendent à se protéger les habitants. Le long de l’axe nord-sud, ce point de repère irremplaçable, se succèdent de nombreuses boutiques ainsi que des terrasses le plus souvent combles. Sauf en milieu d’après-midi, heure de la sieste. Au bout, la mer, où l’on pense se baigner. Deux obstacles : les bateaux et la température. L’eau est aussi fraîche autour de Split, Hvar et Dubrovnik, îles-satellites que l’on prévoit de visiter ensuite.