Blog

hotel-beau-rivage-lausanne-une

Séjour « prestige » au Beau-Rivage

  |   Ambiances, Bien-être, Europe, Haut de Gamme, Suisse   |   No comment

Victor Hugo, Camille Saint-Saëns, Coco Chanel, Sacha Guitry, Gary Cooper… Tous ont foulé le marbre et le velours de l’hôtel Beau-Rivage. Le voyage dans le temps débute dans le hall. Quand on pense aux stars descendues dans ce palace historique, on ne peut qu’écarquiller les yeux. Phil Collins et Diana Ross y ont même fêté leurs mariages respectifs. Subjugué par le faste des lieux, on ne tarde pas à se sentir chez soi, tant le service est personnalisé. De plus en plus, face à la demande. Une évolution qui augure un séjour de luxe, 100% sur-mesure.

 

hotel-beau-rivage-lausanne-2

En réalité, il y a deux Beau-Rivage. Le bâtiment de 1861, conçu par Achille de la Harpe et Jean-Baptiste Bartholoni ; et celui de 1908, à cheval entre les styles néo-baroque et Art déco. Les deux dates se répondent dans la rotonde reliant l’aile originelle à son extension moderne. Derrière soi, l’ascenseur menant aux chambres dites « Empire ». En face, de part et d’autre d’un long couloir, les salles de bal ornées de vitraux signés Chiara. Les lustres et appliques en bronze proviennent de chez Thiébaud, à Paris. Ce n’est pas le seul emprunt à la capitale française, puisque la cage d’escaliers adjacente s’inspire directement de celle du Ritz.

 

hotel-beau-rivage-lausanne-3

 

Au Beau-Rivage pas une chambre ne ressemble, tant par ses dimensions, que sa décoration. Chargé des rénovations entreprises en 2013 dans la partie récente, le designer Pierre-Yves Rochon a choisi des tons pastel, en écho à la nature environnante. Qu’elles donnent sur le lac, ou sur la rue (plus rares), les « Supérieures », « Deluxe », et « Suites » (parfois Junior) oscillent entre bleu, vert et beige. Rien à voir avec la palette chaude des premiers temps. Au sixième et dernier étage, un hammam, une baignoire-jacuzzi, une douche « à l’italienne » géante, ainsi qu’une salle de soins attendent les couples cherchant à limiter leurs déplacements. Tels sont les points forts de l’ultime suite présidentielle de l’hôtel, déclinée cette fois-ci dans une gamme de beiges et de jaunes.

 

hotel-beau-rivage-lausanne-4

 

Si tu ne viens pas au spa, le spa ira à toi. Soit, mais ce n’est pas une raison pour faire l’impasse sur les espaces « détente » occupant le sous-sol du Beau-Rivage. Un long tapis violet en montre le chemin. À droite, une salle de sport avec des machines dernier cri. C’est peu de le dire : à l’aide d’une clef « technogym » on peut enregistrer son programme de remise en forme et reprendre ses exercices là où on les avait laissés, dans un autre palace équipé du même système. À gauche de l’entrée, la piscine intérieure jumelée à un jacuzzi de 35° ; puis, le patio où transitent le futurs bénéficiaires de soins. Cachés dans les vestiaires, un hammam, un sauna et… une « pluie tropicale », jet d’eau tempéré censé faciliter le passage de l’un à l’autre. Le tout donnant sur la piscine extérieure, ouverte et chauffée en été, et, par ricochet, sur le lac.

 

hotel-beau-rivage-lausanne-6

 

Entre le restaurant étoilé d’Anne-Sophie Pic, le Café Beau-Rivage, et le Miyako, prochainement augmenté d’un comptoir teppanyaki, entre autres, difficile de trancher. Raison de plus pour prolonger son séjour.

 

hotel-beau-rivage-lausanne-1

 

No Comments

Post A Comment