Blog

Wilderness Lodge, Suède, Laponie

Séjour sur-mesure en Laponie suédoise

  |   Ambiances, En Famille, En famille, Europe, Expériences, Grands Espaces, Hébergements insolites, Insolite, Notre séléction, Ski & Neige, Sommets & montagne, Suède

On est à 3h30 de Paris seulement. Nul décalage horaire. Et pourtant, l’on se croirait au Pôle Nord. Forte de 450 000 km2 et d’une population de neuf millions d’habitants environ, la Laponie suédoise est l’une des zones les plus froides de l’Europe. Si froide qu’elle semble exclue de cette même Europe. En descendant de l’avion, on rouvre sa valise pour se munir d’une couche supplémentaire de vêtements. Qui aurait pu imaginer que les températures seraient si basses ! -10 / – 20 semblent improbables quand on vient d’une capitale pluvieuse. Tandis que le pied s’enfonce dans la neige éclatante, le regard se pose sur les trois bâtiments du Wilderness Lodge. Pas d’électricité, l’établissement se veut uniquement éclairé à la bougie. Rien de nouveau sous le soleil. On était prévenu ; on assume son choix, celui de s’immerger dans la nature et la culture lapones.

 

Wilderness Lodge, Suède, LaponieLes trois façades en pin coiffées d’une toiture blanche revêtent un caractère rustique et chaleureux. Dans le chalet principal, cohabitent un lounge, une salle-à-manger commune ainsi qu’une poignée de chambres. Quant au bâtiment annexe, il abrite un sauna traditionnel chauffé au feu de bois pouvant accueillir une quinzaine de personnes. Le sanctuaire idéal où se réchauffer après une journée passée à l’extérieur.

 

L’expérience la plus attendue est, bien entendu, l’initiation à la conduite de chiens de traîneau, en compagnie d’un professionnel nommé musher. Face à l’excitation de l’attelage garé en face du lodge, on n’a d’autre choix que de s’en remettre entièrement à son guide. Vêtu d’une combinaison « spéciale grand froid », on peut enfin se concentrer sur la nature environnante, ce manteau de neige immaculée qui habille les rivières, les forêts et les routes que l’on s’apprête à traverser à vive allure. Les canidés harnachés manifestent leur impatience par une série d’aboiements auxquels on finit par s’habituer. Le temps de poser un pied sur le frein ; l’autre, sur un patin, et on ne prête déjà plus attention au bruit. La concentration atteint son paroxysme, une fois la main agrippée à la barre du traîneau. Pareille discipline met en confiance. On se laisse alors porter sans la moindre inquiétude.

 

De la terre glissante on passe au ciel chatoyant de couleurs. Dans le hublot de l’hélicoptère privé, on aperçoit un condensé de maisons inattendu. C’est la station d’Abisko. Généralement les résidences lapones sont espacées les unes des autres. Atterrissage au pied d’un tipi où un menu copieux, à base de renne, attend les affamés. Après le déjeuner, il est question d’apprendre à construire un igloo, puis de monter à l’Aurora Sky Station une fois la nuit tombée (à savoir relativement tôt dans la journée) afin de pouvoir contempler et photographier, sous la férule d’un professionnel, le mystérieux phénomène des aurores boréales. Au programme du lendemain : la pêche au trou, autrement appelée pêche blanche. Qui a dit qu’il n’y avait rien à faire en Laponie ?

Wilderness Lodge, Suède, Laponie