Blog

Tanzanie-safari-luxe-beho-beho-3

Le Beho Beho, dans la réserve du Sélous

  |   Afrique, Ambiances, Aventure, Découvertes, Expériences, Hébergements insolites, Insolite, Notre séléction, Safari, Savane, Tanzanie   |   No comment

 

Lodge de luxe et safari privé

 
Consultez nos articles sur le Portugal dans Atlantico.fr
 

Tanzanie-safari-luxe-beho-beho-1Un rai de lumière perce dans l’obscurité de la chambre. On tire la moustiquaire pour finir de s’éveiller à la lumière du jour. Une branche rebelle pend au-dessus de la barrière en bois censée prévenir la chute des plus étourdis. On se penche en avant. Quelques mètres plus bas, un lit de rivière asséché confirme la chaleur régnant au cœur de la Tanzanie. Un réveil à la Robinson Crusoé. C’est là que l’on se dit avoir trouvé le parfait compromis entre dormir à la belle étoile, sous l’assaut des moustiques, et dans une suite infiltrée par la clim. Au Beho Beho, un Safari Lodge d’une rare beauté.

 

Les oiseaux piaillent. L’herbe est desséchée et s’apparente à de la paille. De quoi nourrir les éléphants, les buffles, les rhinocéros ou les zèbres qui rôdent alentour. Le Beho Beho est au sud de la réserve de Selous, du capitaine Frederick Courtney Selous, officier anglais du début du XXe siècle. Dans cette zone, les parties de chasse sont fréquentes, tandis que le nord se limite aux safaris. Fusil ou photo, l’ensemble du site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Voilà trente ans que le Beho Beho accueille les étrangers curieux de découvrir la faune tanzanienne dans des conditions tout à fait exceptionnelles.

 

Tanzanie-safari-luxe-beho-beho-2

On a du mal à se repérer tant les bandas sont espacés les unes des autres. Pas une ne se ressemble. Le dallage oscille entre l’ardoise et une couleur de terre cuite qu’aurait apporté le vent, lui-même teinté par le sable que foulent antilopes et gazelles, entre autres bêtes sauvages. Au toit en osier répondent les colonnes de bois épousant les courbes des arbres. Un naturel à toute épreuve. Pas question de polir quel que matériau que ce soit. Si branches et troncs peuvent garder leur forme d’origine, tant mieux. Aussi le décor puise-t-il son charme dans la fusion qu’il favorise avec l’environnement. Comme si la frontière entre intérieur et extérieur tendait progressivement à disparaître.

 

 Tanzanie-safari-luxe-beho-beho-3Il n’est pas rare d’apercevoir depuis sa chambre le cou d’une girafe ou la trompe d’un éléphant dépassant d’un arbre esseulé. Les félins, de leur côté, passent la majeure partie du temps à roupiller dans un buisson jusqu’à ce que l’odeur alléchante d’un mammifère sans défense leur revienne aux narines. On s’approche de l’un des points d’eau du camp. Doucement, mais sûrement. Un crocodile se prélasse avec une insouciance déconcertante sur l’autre rive. Le quadrupède rampant se confond avec la végétation brûlée tel un caméléon géant avec n’importe quel motif. Moins menaçant, un troupeau d’hippopotames nage contre le courant d’une large rivière. Le soleil se voile d’un filet gris. Il est temps de rentrer au Beho Beho. Les animaux seront encore là demain.

No Comments

Post A Comment