Blog

Pack24 BrÇsil_Rio 1

Rio les pieds dans l’eau

  |   Amérique du sud, Atlantico Grand Large, Brésil

 
Publié sur Atlantico.fr le 13 octobre 2012
 

Qui n’a jamais entendu parler du festival de Rio ? Quand on pense à cette ville on s’imagine immédiatement des filles aux formes avantageuses, mises en valeur par des sous-vêtements ne tenant que par un fil… En effet, la première image qui vient généralement à l’esprit des gens est celle d’une contrée oisive où règnent la fête et le bruit. Or Rio de Janeiro ne se résume pas à une manifestation ponctuelle, aussi célèbre soit-elle. Il s’agit d’une des agglomérations les plus riches du Brésil, d’un point de vue culturel plus qu’économique bien sûr. S’il est vrai qu’elle est associée à cette bonne humeur permanente que tout le monde recherche, c’est notamment grâce à son climat et à son relief. Plouf plouf… am stram gram…. Pourquoi hésiter quant à la destination ? Pour le soleil, le sable et surtout la mer, direction l’Amérique du sud. En avant toute !

 

Le centre, avec ses églises baroques, ses maisons coloniales et  zones piétonnes dont celle de Saraa, le marché aux bonnes affaires, le quartier de Santa Teresa, et son vieux tramway (« Bonde »), entre autres vestiges historiques, le quartier d’Urca… Tout passionnant qu’il soit, le cœur de la ville ne saurait rivaliser avec le charme de la mer. Adieu Blackberry, iPhone, iPod… Quand on a soif d’iode, mieux vaut se couper du monde électronique.

 

Balade féérique en téléphérique. Départ : Pain de Sucre. Arrêt : mont Morro Da Urca, pour admirer la baie de Guanabara, ainsi que les plages Botafogo et Flamingo. « Allez plus haut ! », comme dirait la chanson. Suivant cette injonction, on ne peut que s’élever au sommet de la montagne. De là, c’est-à-dire à 395 m d’altitude, panorama imprenable sur Copacabana, la forteresse de Santa Cruz et les plages de Niteroi. Un paysage de carte postale qu’il s’agirait d’examiner de plus près. Vue d’en haut, vue d’en bas. Retour en téléphérique avant de rejoindre la plage de Vermelha.

 

dv604010

 

À peine de retour sur la terre ferme, qu’il sera question de la quitter… pour une promenade en canoë kayak, soit le long de Vermelha, soit vers l’île de Cotunduba, où l’on peut plonger, nager, en toute quiétude. Attention aux embouteillages une fois dans la voiture. Pour faire passer la pilule, après se l’être fait dorer toute l’après-midi, il faut demander à son chauffeur de passer par les plages de Leme et Ipanema. Coup d’œil furtif ou repérage pour le lendemain ? Dans les deux cas, les bouchons en valent la peine.

 

Autre excursion possible : la Floresta da Tijuca, en tant que tremplin vers un nouvel univers marin. Peuplée d’une centaine de plantes et d’animaux différents, cette forêt est réputée pour être la plus grande plantée par l’homme. Reboisés au milieu du 19ème siècle, ses 3 200 hectares ont vu pousser maintes graines de café. L’appel du ventre, l’appel de l’eau, encore et toujours. Cap sur la cascade Cascatinha avant d’escalader le Mont Tijuca, pour finalement atterrir sur la plage du même nom, plage où tout est permis. Initiation au surf, voire au kite surf, baptême de plongée, cours de Capoeira sur le sable chaud… Autant d’activités qui donnent envie.

 

Pack24 BrÇsil_Rio 2

 

« Plouf plouf… am stram gram… », ainsi commence la fameuse comptine servant à départager deux entités… Avec Rio, pas d’hésitation possible… Au stress du départ succède un émerveillement constant. « Ouf… », pousse le touriste soulagé. « Plouf… plouf… », font les surfeurs engagés.