Blog

Thailande - Atlantico

Une région en or en Thaïlande


  |   Asie, Atlantico Grand Large, Thailande

 

Coincé entre la Thaïlande et le Laos : le Triangle d’or. Quelque part entre le Mékong et les rizières, une excursion dans cette région est une vraie immersion dans la culture et la nature thaïs.

 

Article publié sur Atlantico.fr le 14 juin 2014
 

L’histoire a son siècle d’or ; la civilisation maya, ses cités d’or ; le Midi français, la Chèvre, le Lyon et la Colombe d’or, établissements d’un grand raffinement… L’Asie ? Son Triangle d’Or. Marquée d’un relief montagneux, cette région embrasse le nord de la Thaïlande, l’est du Laos et le sud du Burma. Autre carrefour, à moindre échelle, Chiang Khong qui relie les deux premiers pays par un pont suspendu au-dessus du Mékong. Le point de départ idéal d’un voyage doré.

 

Thailande-triangle-dor-1

 

On aimerait y aller en bateau mais le ferry qui mène à Chiang Khong n’admet pas les étrangers. C’est donc en voiture que l’on prend la route. Chemins tortueux riment avec paysages somptueux. Traverser le département de Wiangchai, c’est en effet passer par des champs fleuris, des rizières et des villages typiquement thaï.

 

Thailande-triangle-dor-2

 

Halte au marché de Thoeng, alias Thong. À l’intérieur d’un grand bâtiment de deux étages, vêtements, draperies et tissus divers se mêlent à des odeurs d’encens et de lotus. Sous des bâches, sur le parvis de cet immeuble au style indéfinissable, l’alimentation est reine. Riz gluant, nouilles « de Bangkok », wok de légumes, raviolis vapeur… Il y en a pour tous les goûts. Les voyageurs avides de sensations extrêmes se mettent, quant à eux, en quête d’un stand d’opium. Pour la plupart avec succès, puisque l’on baigne dans la culture de cette drogue aux effets mystérieux.

 

Thailande-triangle-dor-3

 

Le ventre ou les sacs plein(s), selon la gourmandise de chacun, on reprend la route vers Chiangkhong,  cet adorable hameau caractérisé par sa fonction de tremplin vers le Laos et son rôle dans l’histoire du sport international. Contact facile avec la population. Une vieille dame assise à l’ombre d’un arbre centenaire revient avec émotion sur le passage du cycliste anglais Alan Bate dans son fief natal. Inscrit dans le livre des Guinness World Records, le sportif en question aurait effectué le tour du monde en vélo le plus rapide de tous les temps. Un exploit qui date de 2010. Et dire que Chiangkhong faisait partie de son itinéraire. À croire que l’étape lui a plu dans la mesure où il retourne, quelques mois plus tard, monter un café, « The Hub pub », un musée, « The Hub bicycle museum », et une auberge «The Funky Box Hostel ». Depuis, la vie culturelle du village ne cesse de s’intensifier. Son calendrier s’enrichit de festivals en tout genre, des combats du bœufs aux concerts estivaux, en passant par une série de rites païens.

 

Thailande-triangle-dor-4

 

À la sortie du village un choix cornélien se présente aux globe-trotters : s’attarder encore un peu sur les lieux ou bien passer de l’autre côté de la frontière laotienne ? La tentation est trop grande pour être contournée. Juste avant le pont, le Chinese Nationalist Soldier cemetry (le cimetière de l’armée chinoise) constitue la première escale avant le Triangle d’Or, cette ascension dans les montagnes jalonnée par d’imposantes statues en or. Le site funèbre se cache derrière une grande porte en pierre, une sorte d’Arc de Triomphe miniature et anguleux. C’est là, sous ce parterre immense d’herbe fraîche, que reposent les soldats chinois qui combattirent contre les Communistes de la guerre du Vietnam. On ne peut s’empêcher d’accorder une minute de silence à ces braves belligérants, avant de poursuivre son excursion.

 

Thailande-triangle-dor-5

 

Direction Huay Xai, juste de l’autre côté du Mékong, pour conclure ce périple thaïlandais… au Laos. L’occasion de découvrir de nombreux temples thaï. Le Wat (« wat », signifie « temple » en thaï) Sri don Chai, le Wat Sob som, avec ses quelques toitures en bois, le Wat Prakeaw, et ses bâtiments coniques, le Wat Luang, et ses façades en pierre brutes, le Wat Hat Krai, où campent des statues de buddha avec pour unique ornement une cape d’or,  le et le Wat Tung Duk, qui se distingue par une palette de couleurs un peu plus étendue. Les pupilles s’irisant de mille découvertes attestent la richesse de cette épopée hors du commun.