Blog

Lhassa - Atlantico

Pékin expressif

  |   Asie, Atlantico Grand Large, Chine   |   No comment

 
Article publié sur Atlantio.fr le 23 février 2013
 

Tout le monde connaît le jeu télévisé Pékin Express, où le candidat est jeté dans la nature, au milieu de nulle part, livré à lui-même dans le seul but de survivre avec un minimum de moyens. Dans la vie réelle, découvrir Pékin et la Chine est beaucoup plus plaisant. Le mieux, pour ce faire, serait sûrement d’aller à l’essentiel. En avant pour un séjour express dans l’empire du Milieu !

 

Palais_d'été_Pékin5

 

Que serait un voyage en Chine sans une visite du Palais d’Eté (Yíhéyuán, « jardin de l’harmonie préservée »), résidence secondaire de l’empereur Yongzheng ? Situé au nord de Pékin, ce monument historique fut achevé sous Qianlong (1736-1796), suivant le modèle de certains châteaux européens tels que Versailles. Dominé par la colline de la Longévité (Wan Shou Shan) et le Lac de Kunming, il couvre une superficie de près de 2,7 km², dont les trois quarts consistent en un énorme plan d’eau. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, ce grand complexe de palais et de jardins constitue une étape incontournable pour les amoureux de la nature.

 

257001-001

 

La Grande Muraille de Chine, soit le « Long Mur de dix mille li » (le li est une ancienne unité de mesure chinoise qui, multipliée par 10 000, symbolise l’infini), représente elle aussi un jalon de la pensée collective. D’après la rumeur, ce serait le seul ouvrage humain visible à l’œil nu depuis la Lune. Pour donner une idée de son amplitude, elle ondoie tel un serpent sur quelque 6 700 km, depuis la mer de Bohai jusqu’au désert de Gobi, en passant par cinq provinces et deux régions autonomes. Sa hauteur oscille entre six et dix-huit mètres ; sa largeur entre 6,50 mètres à sa base et 5,50 mètres à son sommet. Sans compter les 25 000 bastions et 15 000 tours de guet qui épousent sa trajectoire, accusant par là-même l’incommensurabilité de dimensions. Quand on pense que le jeune héros de Karaté Kid s’entraîne sur ce chemin au long, très long cours. Les toutes premières fondations datent du Ve siècle avant notre ère. Toutefois, la Grande Muraille doit le début de sa construction, en 220 av. J.C., au premier empereur de Chine, Qin Shi Huangli, qui cherchait à empêcher l’intrusion de tribus voisines dans son royaume ; et son apparence actuelle à la dynastie Qing, qui espérait ainsi prévenir les invasions turques et mongoles, au XVIIIe siècle. Aujourd’hui, le site a troqué sa vocation militaire contre un intérêt purement touristique, n’en déplaise aux voyageurs.

 

Pack42_Chine_Pékin 1

 

Au pied des Monts de la Longévité reposent treize des seize empereurs de la dynastie Ming. Quel n’est pas l’émerveillement de chaque visiteur, lorsqu’il pénètre cette vaste nécropole ! Passage obligé : la voie des esprits, balisée de portiques suspendus au-dessus de 36 statues de pierre, une garde d’honneur inanimée faite de douze dignitaires civils et  militaires, ainsi que de douze paires d’animaux (lions, chameaux, éléphants, chevaux et créatures fabuleuses). Passés sept kilomètres, ce chemin fabuleux s’arrête au pied du Chang Ling, tombeau de Yong, le seul ouvert aux visites avec celui de l’empereur Zhu Yijun, le Ding Ling.

 

C’est à tort que l’on s’échine de dévorer des guides en entier, quand on peut la Chine progressivement explorer. Les coquins limitent ce vaste pays à Pékin. Soit. Dans ce cas, le premier site à fouler à tout prix est celui du Long Mur de dix mille li. Et si la marche n’est pas assez longue, c’est alors seulement que l’on peut envisager de prolonger l’expédition.

No Comments

Post A Comment