Blog

nouvelle-caledonie-voyage-sur-mesure-lifou

Nouvelle-Calédonie: Hienghène, l’Eden du nord-est

  |   Atlantico Grand Large, Nouvelle-Calédonie, Océanie

 
Article publié sur Atlantico.fr le 25 mai 2013
 

Les routes sinueuses et les pentes escarpées donnent l’impression de courir un rallye en Corse. A cinq heures de route de Nouméa, la région de Hienghène est à peine moins montagneuse que l’île de Beauté. Et comme elle, la côte nord-est de Grande Terre, l’île principale de Nouvelle-Calédonie, est réputée pour la beauté de ses paysages.

 

Nouvelle-Caledonie-Cascade-de-Tao6

 

Dans la voiture caressant le flan des montagnes, les regards restent rivés sur l’océan. Tous attendent d’apercevoir le fameux rocher de la poule couveuse. Il apparaît au détour d’un virage, droit et presque fidèle aux attentes. Il faut en effet se déplacer et l’observer sous différents angles pour en apprécier toutes les formes. D’un côté, elle fait penser aux tours de Notre-Dame. De l’autre, la silhouette de la poule se dessine jusque dans les détails du bec. A côté, le non moins fameux rocher du Sphinx est plus difficile à distinguer.

 

A Hienghène, la communauté kanake est très présente. C’est justement elle qui accueille nombre de visiteurs. Les gîtes en tribu, qu’elles soient Wérap, Tendo ou encore Ouataguette, permettent de visiter la région tout en s’imprégnant des modes de vie locaux. D’y goûter, pendant d’excellents petits déjeuners, et d’y participer, lors de sorties de pêche et d’activités artisanales.

 

Nouvelle-Caledonie-UNE

 

Pour rejoindre les tribus, il faut d’abord passer le port de plaisance d’Hienghène et atteindre l’embouchure de la Ouaieme. Ce fleuve côtier est particulier car il n’est traversé d’aucun pont. Pour rallier l’autre rive, il faut prendre un bac, le dernier encore en utilisation sur le territoire. Le service est gratuit et assuré par un passeur expérimenté. Pendant la courte traversée, il explique, fier, que le métier se transmet de génération en génération.

 

Débarquant sur la rive nord, on s’approche du point culminant de la Nouvelle-Calédonie. De ses 1629 mètres, le mont Panié domine la vallée et le littoral. La montagne fait le bonheur des randonneurs. Elle trône en effet au cœur d’une réserve botanique, créée sous l’initiative d’une association kanake. Surtout, le mont Panié est aussi le plus grand massif forestier de Grande Terre.

 

Nouvelle-Caledonie-Hienghene_Ouaieme_Bac5

 

Ses 35 000 hectares de forêts abritent quelques espèces de végétaux et de reptiles qui n’existent qu’à cet endroit. La réserve botanique s’explore le plus souvent en randonnée, pédestre ou équestre, même si les chevaux ne peuvent pas accéder à tous les recoins. Car sur le relief du mont sont parsemés cours d’eau et cascades. La plus belle, la cascade de Tao, se jette dans un grand bassin naturel où l’on n’a d’autre choix que de se baigner. Mais l’impressionnant mur d’eau n’est pas infranchissable. Une escalade, certes sportive, permet de s’approcher au plus près de nombreuses vasques, pour finalement atteindre un point de vue exceptionnel sur la vallée. Celle du nord-est de Grande Terre, qui vient conclure un incroyable voyage sur mesure au plus près du Paradis.