Blog

New_York_insolite_High_Line7

New York: La High Line, 2,3 km d’évasion

  |   Amérique du nord, Atlantico Grand Large, USA   |   No comment

 
Article publié sur Atlantico.fr le 27 avril 2013
 

C’est « le plus long toit vert du monde ». Dans le sud-ouest de Manhattan, la verdure de la High Line serpente entre les buildings, et parfois les traverse. Ouvert depuis quatre ans, ce parc linéaire et aérien de 2 300 mètres est un véritable bol d’évasion dans la ville qui ne dort jamais. Et une grande réussite écologique et touristique.

 

New_York_insolite_High_Line4

 

Pour s’y rendre, il faut laisser derrière soi les rues animées de Manhattan. Traverser la ville en direction du Lower East Side, vers Meatpacking District, l’un des tout derniers quartiers branchés. Arrivé à hauteur de Gansevoort Street, la tête et le regard s’élèvent mécaniquement vers les feuillages qui dépassent de ce pont aux allures anciennes. L’image intrigue. Le grand escalier tend ses marches accueillantes. Que l’on connaisse l’existence de la High Line ou pas, impossible de ne pas monter. La curiosité est saine, et le résultat frappe par son caractère insolite. Un long sentier de bois survole rues et trottoirs et s’enfonce dans la forêt de gratte-ciels. Un long sentier au design épuré et contemporain, orné de rails désaffectés et habillé d’une végétation qui donne le sourire.

 

New_York_insolite_High_Line5

 

Autrefois, la High Line était une voie ferrée aérienne, construite en 1930 pour dégorger la 10e rue, « la rue de la mort », prise d’un trafic monstre et trop souvent théâtre d’accidents malheureux. L’expérience n’est pas une franche réussite et voit passer son dernier train dès 1980. Vingt ans plus tard, alors que la démolition de la voie paraît inévitable, une association de riverains milite pour sa sauvegarde et obtient un financement de la mairie en 2004. Un premier tronçon ouvre en 2009, un deuxième en 2011 et un dernier est prévu pour le courant de cette année. Pari gagné. Et quel pari ! New York gagne là l’un de ses parcs les plus appréciés.

 

Départ de l’extrémité sud de la ligne. La promenade ressemble à une exploration facile. On progresse assez lentement, on prend le temps de flâner, d’apprécier les silhouettes des buildings qui se dessinent au-dessus de nos têtes. De regarder les plantes, bien entretenues par quelques botanistes et jardiniers bénévoles. On apprend que le choix des espèces a été soigneusement inspiré par la végétation qui a envahi la High Line pendant les années de son abandon.

 

New_York_insolite_High_Line6

 

En plus de son intérêt touristique, sa végétation, en dégageant de l’oxygène et en accueillant oiseaux et insectes, lui donne un non négligeable aspect écolo. Et les familles new-yorkaises, nombreuses, se mêlent aux visiteurs et se reposent sur les vertes terrasses ensoleillées. Au bout de quelques centaines de mètres, une légère bifurcation ouvre sur un petit amphithéâtre dont la baie vitrée laisse s’échapper des taxis jaunes en nombre. Nous sommes au-dessus de la 10e avenue, ébahis par un ballet de véhicules qui semblent surgir de nulle part.

 

Après une heure de balade pleine de cet agréable sentiment d’évasion, la descente vers la réalité mène en plein quartier de Chelsea. Une réalité composée du célèbre Chelsea Market et des innombrables galeries d’art contemporain, tout près du Flatiron Building et de Madison Square… A New York, la visite n’est jamais vraiment terminée.

No Comments

Post A Comment