Blog

pep-nyc-1

Le meilleur des musées à Manhattan

  |   Amérique du nord, USA   |   No comment

 

Il était une fois dans la ville de New York, une île appelée Manhattan. Sur cette île, un énorme jardin ; et autour de ce jardin, une grappe de musées incontournables. On longe l’est de Central Park, sur la cinquième avenue, jusqu’à la 88ème rue. Deux-trois mètres plus haut se dresse un bâtiment blanc auquel l’architecte américain Frank Lloyd Wright a conféré la forme d’une pyramide mésopotamienne inversée. Bienvenue au Guggenheim !

 

Voyage de luxe à New York City.

 

Le parcours s’étire sous la forme d’une spirale conduisant le spectateur au sommet du musée. À l’affiche en ce moment, « Storylines » (« Histoires »), consacrées à de jeunes artistes contemporains. Rien ne saurait interrompre cette ascension, si ce n’est la Thannhauser Collection. On y croise les noms de Cézanne, Gauguin, Degas et même Manet. Le premier pan de mur, à gauche, est ponctué d’un Picasso pré-cubiste, Femme au repassage.

 

Voyage de luxe à New York City.

 

On ressort du musée, traverse la rue, pour s’immerge sans plus tarder dans la luxuriance de Central Park. Cinq-six pâtés de maisons plus loin, trône le Louvre de New York, le Metropolitan Museum of Art, soit le Met, pour les intimes. À ne manquer sous aucun prétexte, l’exposition « Sargent : Portraits of Artists and Friends », qui souligne la proximité du peintre américain avec ses modèles, parmi lesquels Rodin (encore lui ! LIEN). Un mot sur Madame X, que l’artiste qualifiait de chef-d’œuvre. La commissaire revient avec délectation sur l’histoire de ce tableau jugé obscène par la critique, et corrigé par l’artiste une fois le scandale essoufflé. Il suffisait de remonter la bretelle droite de la jeune femme au teint pâle pour calmer les foules ; ce à que Sargent se refusa avant d’accrocher la toile maudite dans son atelier.

 

Voyage de luxe à New York City.

 

Encore plus au sud, au niveau de la 53e rue, se tient le Museum of Modern Art, alias ou Museum of Modern (F)art (fart signifie pet, en anglais). C’est ainsi que Yoko Ono baptisa le musée en tant que cadre imaginaire de l’une de ses expositions dites « conceptuelles ». En 1971, l’artiste japonaise fit circuler le bruit comme quoi des mouches circulaient dans l’enceinte de l’institution new-yorkaise, avant de recueillir quelques témoignages au sujet de son travail, invisible car immatériel. Près de quarante ans plus tard, voilà la provocatrice saluée par le sujet de sa farce, à travers une rétrospective d’autant plus surprenante que réussie.

 

Voyage de luxe à New York City.

 

Les amoureux de Warhol sont servis ! C’est le cas de le dire puisque le deuxième étage du musée abrite actuellement les boîtes de soupe Campbell, dont le Pop artiste s’inspira aux balbutiements de sa carrière. L’exposition se divise en trois salles, la première et la dernière recelant des chefs-d’œuvre, contemporains de la série mise en lumière. Ainsi louche-t-on devant les visages dédoublés d’Elvis et de Marilyn… Monroe, cela va de soi.

 

Voyage de luxe à New York City.

 

On commence à se décaler vers l’ouest de Manhattan, en direction du nouveau Whitney, ouvert le 1er mai 2015. L’architecture de ce grand cube transparent est due à Renzo Piano, le père de l’aile moderne de l’Art Institute de Chicago. Une fois la visite terminée, on plonge son regard dans l’Hudson River, avant de se diriger vers le marché couvert de Chelsea Market et, enfin, vers la High Line, parc linéaire suspendu au-dessus de Manhattan.

 

Voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe, voyage de luxe, voyage de luxe

voyage de lux voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe

 

 

 

No Comments

Post A Comment