Blog

Estonie - Atlantico

L’Estonie, toutes les couleurs du nord


  |   Atlantico Grand Large, Estonie, Europe   |   No comment

 

Royal Tallin

 

Carrefour entre la Russie, la Finlande, la Scandinavie et les pays baltes, l’Estonie arbore tous les visages de l’Europe du Nord. Des grands châteaux baroques aux villes médiévales et colorées.

 
Article publié sur Atlantico.fr le 1 juin 2013
 

D’un côté, il y Catherine Ire, femme aimante de Pierre le Grand ; et de l’autre, Catherine II « la grosse », l’amie inconditionnelle des Lumières, deux personnalités influentes dans l’histoire de Russie. À la première fut offert l’immense parc du Château Kadriorg, Catharinental, en français. Au cœur de la bien-nommée « Vallée de Catherine». Dessiné entre 1718 et 1725 par l’architecte italien Niccolo Michetti, ce grand espace vert planté de tilleuls, de chênes, de châtaigniers et de bouleaux, arbre emblématique de la Russie, prolonge non seulement le Palais baroque de l’Empereur, mais aussi le théâtre du Pré où se réunissent tous les ans des festivaliers en tout genre.

 

vpyage-estonie-tallin-palais-kadriorg1

 

Résidence d’été impériale, le Château Catharinental arbore une façade des plus singulières. Peinte en corail et de blanc sous la férule de Gaetano Chiavari et Mikhaïl Zemtsov, ce monument, augmenté d’un parc de 550 arbres en 1722, est un cadeau autant pour la l’Impératrice Catherine Ire que pour ses visiteurs actuels. À gauche en pénétrant le domaine, une fontaine circulaire et un parterre de fleurs à la géométrie fort complexe s’imposent au regard. Une fois à l’intérieur, difficile de décrocher ses yeux des moulures incrustées au plafond. À ce détail se greffent des sculptures dont le réalisme surprend. Au fil des ans, l’endroit est devenu la station balnéaire préférée de l’aristocratie et de la bourgeoisie allemande de la Baltique. Nicolas Ier le fait intégralement restaurer en 1827, afin de pouvoir y séjourner quand il n’y envoie pas ses filles se reposer, loin de la capitale russe.

 

vpyage-estonie-tallin-palais-kadriorg2

 

Musée haut ; musée bas. Aujourd’hui, chaque étage est devenu mine d’art, où l’on peut contempler les tableaux de grands maîtres. L’ancien appartement de Pierre le Grand se présente lui-même comme l’œuvre de toute une vie, au sens où il retrace l’existence du monarque jusque dans les moindres détails. Retour sur la terre ferme. Dans un coin du parc se cache depuis 2006 le Kumu, musée d’art estonien. Son architecture moderne, en pierre et en verre, se marie d’un magnifique contraste avec le palais baroque. Un peu plus loin, on aperçoit également la résidence du président de la république estonienne.

 

vpyage-estonie-tallin-musee-kumu3

 

Mais, le palais Kadriorg est aussi le foyer de nombreux événements artistiques. Ainsi, dès 1880, il abrite le troisième festival de musique folkorique estonienne.

 

Cette année, c’est la Journée de Tallinn qui a investi les lieux. Une fête qui s’articule autour de diverses activités célébrant l’entrée de ville dans la Ligue hanséatique, en 1248. Nourrie d’expositions et de concerts, la manifestation s’est ponctuée, le 15 mai, par l’ouverture des canaux historiques de drainage des eaux de pluie. Les arts du présent, l’héritage du passé et les projections de l’avenir, le palais de Kadriorg et son parc se visitent à toutes époques.

No Comments

Post A Comment