Blog

pep-mexique-oaxaca

Dans les environs d’Oaxaca

  |   Amérique du nord, Découvertes, Mexique   |   No comment

Oaxaca ? C’est l’un des états du Mexique situé au sud-ouest de l’isthme de Tehuantepec. Son nom, il le tient de sa capitale, Oaxaca de Juárez. Ils ne sont pas légion les guides maîtrisant l’histoire de cette contrée rythmée par des traditions millénaires. Nous en avons pourtant trouver un – la perle rare – disposé à nous faire découvrir les us et coutumes des Zapotèques et Mixtèques de Monte Albán, et à nous relater le passé colonial de la ville de San Jerónimo Tlacochahuaya, dont l’église commémore l’arrivée des Espagnols en Amérique, au XVIe siècle. Cette expérience unique mène ensuite à Teotitlán del Valle, où quelques tisseuses ont su adapter le savoir-faire de leurs ancêtres aux techniques contemporaines, et aboutit à l’arbre de Tule, un spécimen de 2 000 ans, témoin de toutes les transformations subies par Oaxaca au fil des ans.

pep-mexique-oaxaca-1

 

On l’aperçoit depuis tous les toits d’Oaxaca de Juárez. Il est situé à neuf kilomètres en dehors de la ville. Niché en haut d’une chaîne de montagnes, le site archéologique de Monte Albán comptait 30 000 habitants à son apogée (vers 750 av. J. C.), devenant ainsi l’une des cités les plus importantes de la Mésoamérique. Il s’agit littéralement d’une mine d’or. C’est de là que les Espagnols puisaient la majeure partie de leurs richesses. La conversation dérive sur les diverses interprétations associées aux gravures figurant sur Los Danzantes. Cet ensemble de rochers arbore des hommes nus, en qui certains critiques voient des prisonniers immolés, ou bien des handicapés, à qui les chamans prêtaient des pouvoirs magiques. Avis aux acrophobes : Monte Albán culmine à 1 941 m d’altitude.

pep-mexique-oaxaca-2

 

Prochaine étape : la route du Camino Real débouche sur Tlacochahuaya (du Nahuati, terre humide), point de chute des missionnaires protestants qu’une journée de marche sépare d’Oaxaca. C’est là que fut découverte l’église de San Jerónimo, construite par la population locale, en moins de dix ans. L’édifice n’a subi que peu de restaurations au fil des siècles. Certaines pierres font partie d’un temple mésoaméricain que les Espagnols étaient sur le point d’ériger au moment de leur arrivée, au XVIe siècle. Murs et plafonds sont recouverts de fresques. La plupart de ces œuvres d’art, réalisées dans les années 1620 par Juan de Arrué, sont restées intactes. Le monastère de Tlacochahuaya a aussi vu naître le premier dictionnaire zapotèquen, sous la plume d’un certain San Juan de Cordoba.

pep-mexique-oaxaca-3

Le voyage se poursuit jusqu’à Teotitlán del Valle. À trente kilomètres d’Oaxaca, ce modeste village doit sa renommée à une communauté de tisseuses, spécialisées dans la confection de tapis. Son l’église repose là encore sur les ruines d’un temple zapotèque. C’est avec une joie non dissimulée que notre guide nous présente à une famille d’artisans, dont le patriarche offre une démonstration de ses talents. Comment traiter la laine ? Quels types de teinture utiliser ? Il a réponse à toutes nos questions. Certaines couleurs sont extraites d’insectes, le carmin, de fleurs, la violette, ou de fruits, la grenade.

pep-mexique-oaxaca

 

Cap, enfin, sur le légendaire Árbol del Tule. Ce cyprès doublement millénaire mesure 41 mètres de haut et 14 mètres de diamètre. C’est l’un des arbres les plus larges et les plus âgés du monde. Au pied de cette légende vivante – son surnom n’est-il pas l’Arbre de la Vie ? – repose un succulent repas. Autant de découvertes donnent faim, c’est certain.

No Comments

Post A Comment