Blog

Jerusalem

Les emblèmes de Jérusalem

  |   Atlantico Grand Large, Israel, Moyen-Orient

 

Véritable croisement des religions, Jérusalem est aujourd’hui une destination de choix, tant pour les amateurs d’histoire, de culte, que d’architecture.

 

Article publié sur Atlantico.fr le 23 juin 2014

 

Quel plus bel endroit que le Mont des Oliviers pour s’entendre conter l’histoire de la naissance de Jérusalem ? L’ancienne et la nouvelle villes se chevauchent dans le panorama qui se profile en contrebas. La cité nous appartient, semble-t-il, quoiqu’il reste encore maintes choses à découvrir à son sujet. C’est pourquoi l’on se prépare à en rejoindre le cœur, afin de pénétrer plus en profondeur les secrets de cette terre sainte, vieille de plusieurs milliers d’années. Voyage exceptionnel entre présent et passé, profane et sacré.

 

voyage-histoire-Jerusalem-1

 

La visite du centre-ville s’ouvre sur la découverte des jardins de Gethsémani et, parmi eux, de la Basilique de l’Agonie. Un sentier s’élance vers un bâtiment en pierre que laisse transparaître le feuillage épais de plusieurs arbres millénaires. Aveuglant, le soleil se reflète sur cette façade immaculée datant de 1924. Qu’y a-t-il à l’intérieur ? Qu’a ce site de si particulier ? C’est l’endroit où serait venu prier Jésus, seul, la veille de la Crucifixion, c’est-à-dire la nuit de son arrestation. Un épisode relaté dans l’évangile de Jean. Même si le toponyme n’est pas explicitement donné, certains éléments portent à croire que la scène s’est déroulée au pied du Mont des Oliviers « de l’autre côté du torrent du Cédron ».

 

voyage-histoire-Jerusalem-2

 

Crédule ou croyant, on s’engage dans la Via Dolorosa (la voie de la douleur). Découpé en non moins de quatorze étapes, cette route mène notamment aux deux chapelles du couvent de la Flagellation ainsi qu’à la basilique du Saint-Sépulcre et son Golgotha, alias « Lieu du Crâne ». C’est là que repose le tombeau du Christ érigé une fois celui-ci redescendu de la Croix. Outre ce sanctuaire bondé de visiteurs, les troisième et sixième « stations » de la via méritent d’être explorées. L’une donne à voir l’Arc de l’Ecce Homo, à savoir l’église où Ponce Pilate aurait présenté Jésus à la foule ; et l’autre, les pavés originaux de la forteresse Antonia, vaste caserne militaire érigée par Hérode le Grand pour abriter une partie de la garnison romaine de de Jérusalem.

 

voyage-histoire-Jerusalem-3

 

Quand on ne sillonne pas les ruines, on traverse les reconstitutions historiques. De bazar en bazar, on atterrit dans une rue reproduite selon la tradition et le style byzantins. Bienvenue dans le quartier du Temple. Au-delà des galeries d’art et des échoppes fourmillant de clients, le Dôme du Rocher et la Mosquée Al Aqsa attirent une population moins expansive. Piété oblige. La demi-sphère dorée qui coiffe le premier monument force admiration et silence. De même, il est hors de question de brailler dans le second lieu de prière.

 

voyage-histoire-Jerusalem-4

 

Plus bruyante, l’esplanade du Mur Occidental s’impose dans le quartier juif, comme le berceaux de religieux plongés dans une étude quasi-obsessionnelle de la Torah, la loi juive. On en croise plus d’un le nez rivés sur ce livre tant controversé. La foule la plus impressionnante se compose néanmoins de fidèles attroupés devant ledit mur, également appelé Mur des Lamentations ou encore Kotel, en hébreu. Qui n’a pas entendu parler de ce point de ralliement universel ? Tous les juifs pratiquants du monde entier rêvent de faire face, au moins une fois dans leur vie, à cette imposante paroi de pierre, unique vestige du Temple de Jérusalem, bâti par le roi Salomon vers -950. Aux pèlerins, aux touristes ainsi qu’aux dévots se mêlent les habitués de la synagogue Ben Zakkai, laquelle regroupe en réalité quatre petites synagogues séfarades (branche du judaïsme dit liturgique d’origine majoritairement espagnole et portugaise) dont l’une contient « la chaise d’Elie », prophète chargé des circoncisions et surtout d’annoncer l’arrivée du Messie.

 

voyage-histoire-Jerusalem-5

 

Exit le noyau judaïque pour rejoindre les deux arrondissements nord de Jérusalem. Entre les deux, s’élève une fortification que l’on prendrait aisément pour les débris d’un château fort si l’on ne reconnaissait pas dans ses lignes la Porte de Damas, l’un des passages les plus animés de la vieille-ville. Suivant la superstition selon laquelle tourner à gauche porterait malheur, on s’engage derechef dans le quartier est, le quartier musulman, où repose une magnifique église romane, l’église Sainte-Anne. Un monument jouxtant la piscine de Bethesda, où Jésus aurait guéri un paralytique.

 

voyage-histoire-Jerusalem-6

 

Que de miracles, de dilemmes, à Jérusalem. De fait, entre le mont Herzl, le centre médical Hadassah orné de vitraux signé Chagall, le musée du village d’Ein Karem et son église de la Visitation, où Jean-Baptiste vit le jour, le Musée d’Israël… difficile de savoir par où commencer, par où continuer. Un séjour aussi riche mérite-t-il d’être complété par la découverte d’une autre ville ? Trente minutes de route, ce n’est rien après tout. Bien épuisé par une journée de marche, on trouve quand même le courage de s’immerger dans la vie nocturne de Tel Aviv. Ainsi la musique ravive-t-elle les braves globe-trotters.