Blog

Hotel_Amigo_Brussels_-_Lobby_-_Reception_and_lobby_1

L’art de séjourner à l’Amigo

  |   Arts & Musées, Belgique, Coups de coeur, Découvertes, En Famille, En famille, En hiver, En Weekend, Europe, Haut de Gamme, Insolite, Mars   |   No comment

« La beauté sauvera le monde ». Ainsi parlait Dostoïevski. Il semblerait que l’Amigo ait repris cette devise. En réponse aux attentats de mars 2016,  le prestigieux hôtel a lancé, entre autres opérations, le hashtag #bruxellesetmoi, attestant son désir de redorer le blason de la capitale belge. Il s’agit plus exactement de dévoiler à ses clients le meilleur de la ville, en leur offrant de passer du temps avec des talents, des « insiders » plus ou moins cachés. Parmi les expériences proposées, deux heures dans les cuisines de Laurent Gerbaud pour apprendre à fabriquer son propre chocolat.

RFH_Hotel_Amigo_-_Facade_6808_JG_Nov_16

Autre initiative en cours de lancement : les quatre concierges du cinq étoiles – dont deux officient depuis près de trente ans à l’Amigo – ont été encouragés à se conforter dans leur domaine de prédilection. Ainsi Aluk, qui connaît la ville comme sa poche, est devenu le « Key Specialist » tourisme. Pour tout ce qui touche à la mode et à l’art, se tourner vers Alhem, la seule femme du quatuor de choc. Aux voyageurs hivernaux, il est probable que celle-ci recommande la BRAFA, le BANAD, ou Collectible, autant de manifestations culturelles promues par l’hôtel.

RFH_Hotel_Amigo_-_Bar_Amigo_7033_JG_Nov_16

Entrée VIP – donc vite – à la BRAFA, la Brussels Art Fair, dont la particularité est de mêler art contemporain et antiquités. Pour sa 63ème édition, cette foire unique accueille 134 galeries issues de 16 pays différents. A ne pas manquer, cette année, les cimaises de Rodolphe Janssen, étayées par les portraits colorés des frères Gert & Uwe Tobias et les figures géométriques de Léon Weidar, « entièrement tracées à la main ». Juste à côté, la galerie Claude Bernard présente Forêt (2013), une sculpture d’Eva Jospin qui donne l’impression d’être en bois, alors qu’elle a été entièrement réalisée en carton. Chez Bernard de Grunne ont été réunies trois statuettes de femmes Makondé (70 cm de haut en moyenne), que la critique ne manque pas de comparer aux trois Grâces de la mythologie grecque. Le stand Deletaille, enfin, se caractérise par son sens du détail. L’emplacement de chaque pièce a été soigneusement pensé, depuis les meubles tressés de Christian Astuguevieille jusqu’à des pièces d’art pré-colombien triées sur le volet. Une mise en scène qui appelle l’admiration.

RFH_Hotel_Amigo_-_Ambassador_Ballroom_7001_JG_Nov_16

L’Amigo soutient par ailleurs la première édition de Collectible (7-11 mars). Ce nouveau salon tourné vers le design de collection se tiendra dans le Vanderborght, édifice situé à dix minutes à pied, c’est-à-dire à deux pas des Galeries royales Saint-Hubert. « C’est la troisième foire que j’organise dans ce bâtiment », explique Liv Vaisberg, la co-fondatrice de l’événement, qui a mis un point d’honneur à ce que l’espace retenu ne défavorise aucun participant. Le parcours a été conçu de telle sorte que chaque stand sera traversé par les visiteurs en quête de pièces uniques ou de séries limitées.

Quant au BANAD, l’ancienne biennale d’Art Nouveau et d’Art Déco, elle revient pour la deuxième fois, en mars, sous la tutelle Jacinthe Gigou. Celle-ci ouvrira, trois weekends de suite, avec l’accord de leurs propriétaires, les portes d’une soixantaine de propriétés classées, dont douze n’ont encore jamais été montrées au grand public. Une manifestation placée, tout comme l’Amigo, sous le signe de l’exclusivité.

No Comments

Post A Comment