Blog

Navy Pier in Chicago

De l’air, de l’art à Chicago

  |   Amérique du nord, USA   |   1 Comment

Vous n’êtes jamais allés à Chicago ? Ou peut-être bien que si, mais sans le savoir. La ville compte presque plus de surnoms que de buildings. Chitown, The American Phoenix, The Windy City, soit la Ville venteuse… Arrêtons-nous quelques instants sur cette dernière appellation, dont la traduction prête à confusion. « Windy », en anglais, fait bien sûr allusion à l’un des quatre éléments, l’air, mais dénonce également une forme de logorrhée verbale. L’adjectif se rapporte à la loquacité des partisans du « wind bag », courant politique qui soutenait les vues d’un certain Charles Dana. Ce journaliste au New York Sun pensait que Chicago ne ferait pas le poids face à la Grande Pomme, surtout s’il s’agissait d’abriter l’Expo Universelle de 1893.

IMG_0143

Manque de chance pour Dana, ses prédictions se sont avérées fausses. Non seulement Chicago l’a alors emporté sur New York, mais Expo Chicago, apparue entre temps, se place désormais parmi les événements artistiques majeurs du monde. Et pour cause, la foire d’art contemporain fêtait, cette année, les six ans de sa renaissance, en 2012. Autrefois connue sous le nom d’Art Chicago, elle a été sauvée par deux fois dans son histoire. La première, par la Merchandise Mart, compagnie de vente en gros qui a fini par traiter l’art et ses exposants comme des marchandises. La seconde, par Tony Karman, l’ex-Vice Président de ce fiasco. Depuis l’intervention de ce dernier, Expo Chicago se porte comme un charme.

IMG_0145À tel point que cette année, le Palais de Tokyo s’est rallié à l’Institut Français afin y trouver sa place, dans le cadre d’une exposition « hors le murs » étonnante. Sous le commissariat de Katell Jaffrès, une douzaine d’artistes tant français que chicagoans ont reçu carte blanche pour sélectionner et investir un lieu. Leur choix s’est porté sur la Rounhouse du DuSable Museum of African American History, ancienne écurie reconvertie en aile éducative de musée. Parmi nos compatriotes, Raphaël Zarka offrait une réflexion sur la relation art-paysage à travers une installation en bois qui, comme le montrait plus loin une vidéo tournée à Poitiers, Singapour et Paris, peut servir de rampe aux amateurs de skateboard. D’ailleurs, les skate parks sont légion à Chicago ; ce qui donne d’autant plus de poids aux thèses de Zarka.

IMG_0144

Parallèlement à la foire qui se tenait pour la plus grosse partie sur la jetée de Navy Pier, au bord du lac, la deuxième édition de l’Architecture Biennial battait son plein au cœur du Centre culturel, lui-même situé dans le centre-ville, autrement dit le Loop. L’événement était inauguré par le maire en personne dont nous avons eu la chance de serrer la main, ainsi que celle de son attaché aux affaires culturelles, Mr. Mark Kelly, qui rêve déjà de construire un toboggan pour relier son quartier général au parc voisin. On ne manque pas d’air, ni d’art, à Chicago.

1Comment
  • De Bill en Bill, à Chicago | | sept 26, 2017 at 17 h 24 min

    […] exposants venus de 58 villes différentes. Voilà à quoi ressemble le labyrinthe organisé d’Expo Chicago, cette année. Pour sa sixième édition, la foire, anciennement appelée Art Chicago s’est […]

Post A Comment