Blog

montreal-hotel-nelligan-3

Le Nelligan, une institution du Vieux Montréal

  |   Amérique du nord, Arts & Musées, Canada, Découvertes, Haut de Gamme, Notre séléction, Restaurants   |   No comment

 

Séjour poétique au centre de Montréal

 

Consultez notre chronique sur Montréal dans Atlantico.fr

 

montreal-hotel-nelligan-1C’est son restaurant, Verses, que l’on remarque avant tout. Tapi au milieu de la célèbre rue Saint-Paul, l’hôtel Nelligan est une institution du Vieux Montréal. De nombreuses stars internationales y transitent, précisément parce qu’elles cherchent à y préserver leur intimité. Repère de grands coureurs de Formule 1, acteurs américains ou réalisateurs français, cet établissement de renommée mondiale possède l’une des plus belles terrasses de la ville et, par ricochet, l’une des plus belles vues sur le Saint-Laurent, fleuve de 1 140 km qui relie les Grands Lacs d’Amérique du Nord à l’Océan Atlantique au Canada. Visite guidée.

 

Avis aux couche-tard. La rue est bruyante. Le bâtiment classé, donc insonorisé dans une moindre mesure. Qu’importe ! L’hôtel se destine à une population jeune et branchée. D’où la présence d’un DJ, du jeudi au dimanche, au Méchant Bœuf, le bistrot chic du rez-de-chaussée, et l’absence de piscine intérieure comme extérieure. En effet, au Canada qui dit piscine dit familles nombreuses, et non séance de lecture tranquille au bord de l’eau. Or, c’est un cadre à la fois convivial et exclusif que vise le Nelligan. Être chaleureux sans devenir intrusif ; discret sans paraître froid ou désagréable. Tel est le subtil équilibre qui règne dans l’enceinte de cette prestigieuse enseigne.

 

montreal-hotel-nelligan-4Certes il existe déjà, plus au nord, une « Place des arts », à Montréal. Le Nelligan pourrait toutefois porter le même nom. Pas un mur nu ! Les toiles exposées dans la salle-à-manger sont une sélection du chef Sylvain Levaillant, un passionné de peinture qui sillonne le monde à la recherche de nouveaux talents. Il n’est pas rare, à ce propos, que l’ « Atrium », noyau de l’hôtel, soit privatisé à l’occasion de quelque exposition. Dans ce cas, le périmètre des mondanités se voit délimiter par des cordes. De même, chaque chambre abrite des œuvres à la fois sobres et colorées, les propriétaires, deux frères grecs venus s’installer au Québec, ayant mis un point d’honneur à assortir l’ensemble de la décoration aux briques fondatrices du bâtiment, un matériau qui plaît par son authenticité. Que le Nelligan se veule le promoteur des arts n’a rien d’étonnant sachant qu’il rend hommage au poète maudit Émile Nelligan.

 

Son portrait figure à l’entrée de toutes les chambres et suites, ainsi que dans la partie centrale de l’hôtel, dans un plus grand format et un style pseudo-Pop Art. De trois-quarts, son visage angélique à la mâchoire carré rappelle la photo iconique d’Arthur Rimbaud. Les grands esprits se rencontrent : le premier ayant inspiré le second, outre Paul Verlaine et Edgar Allan Poe. La direction de l’hôtel cherche actuellement un moyen de mettre son égérie encore plus en avant. Tout le monde devrait bien sûr connaître ce fils de notaire irlandais enfermé, depuis l’âge de vingt ans jusqu’à sa mort, dans un hôpital psychiatrique. Punition familiale ou mesure justifiée ? Le mystère demeure. La légende raconte que son père, déplorant sa vie de bohème, aurait voulu lui donner une leçon en prolongeant son internement ad vitam eternam. Bien que tragique, ce destin s’avère une bonne introduction au patrimoine intellectuel québécois. Montréal jouit, en effet, d’une grande richesse culturelle. Il ne reste plus qu’à partir à sa découverte.

 

Le Petit Hotel

 

No Comments

Post A Comment