Blog

Room-view

Genève, so British !

  |   Europe, Suisse

 

Curieux nom pour un hôtel suisse. Pas si curieux quand on pense que l’Hôtel d’Angleterre est l’oeuvre d’un architecte britannique, Anthony Krafft. Cet établissement compte parmi les plus luxueux et les plus anciens de Genève. Sa façade classée donne sur le lac de Genève, alias lac Léman pour les Français. Outre le grand escalier et les planchers, ce fut la seule partie épargnée par la grande restauration de 1955. Une entreprise qui a donné naissance à un intérieur flambant neuf, quoique d’inspiration victorienne.

 

Hôtel de luxe à Genève.

 

En effet, l’Hôtel d’Angleterre pavoise aux couleurs de la Grande-Bretagne. Quand ce n’est pas le papier peint, ce sont les draps qui sont fleuris. Cette alternance trahit un vœu de modernité. Sans elle, la décoration souffrirait d’une surcharge de motifs à caractère traditionaliste. Or, les tentures épaisses que l’on imagine tout droit sorties d’un tableau de Gainsborough sont plus synonymes d’élégance que de tradition. Le directeur qualifie même le style de son établissement de « British chic ». Les salles de bains oscillent, quant à elles, entre un marbre rose, assorti à des poignées en or, et un marbre blanc conjugué à du noir et de l’argent. Cette palette victorienne se décline en 39 chambres (Classic, Premium, ou Exclusive Lake) et six suites, individuellement décorées.

 

Hôtel de luxe à Genève.

 

Le nec plus ultra consiste, bien sûr, à surplomber l’eau. C’est possible, notamment au restaurant, qui s’étire le long du Quai du Mont Blanc. En contrebas, le Lac Léman et son jet d’eau de 140 mètres, l’emblème de la ville. À côté, la réserve de cigares n’a d’égal que la cave à vin, conservée par un certain Thomas Soriano. Ce sommelier hors pair a composé une carte de 225 grands crus d’une rare finesse. Les habitués, qui le surnomment Tom, s’en remettent volontiers à ses conseils. D’aucuns préfèrent mélanger les plaisirs. Rendez-vous au fumoir, dans ce cas, où le parfum de la fumée chaude se mêle à des cépages plus ou moins fruités. Dans ce décor boisé, se cachent des originaux de peintres anglais et hollandais. La sélection de tabacs témoigne d’un niveau d’exigence à même de séduire les connaisseurs.

 

Hôtel de luxe à Genève.

 

Que serait une demeure (pseudo-)britannique sans un espace salon de thé ? Depuis l’escalier principal, on sent déjà l’odeur de douceurs fraîchement extraites du four. La vue rejoint l’odorat face à une débauche de fingers, de sandwichs, et de scones, autant de pâtisseries faites maison et présentées sur un plateau en argent. Une assiette seule risquerait de s’ennuyer. Le service en porcelaine « made in England » appelle à un assortiment de thés. Et pour ceux qui aiment moins l’eau que les bulles, la maison propose aussi une coupe de champagne. De même, à Barcelone, l’hôtel Le Majestic sert ses éclairs « signature » avec un mousseux de marque. Privatiser le salon ? Pourquoi pas. Ainsi l’on peut s’extasier à l’abri des regards indiscrets.

 

voyage de lux voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe Voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe