Blog

finlande-soleil-minuit-1

Immersion sous le soleil de minuit

  |   Ambiances, Découvertes, Europe, Expériences, Grands Espaces, Insolite, Suède

 

Nuit blanche sous un soleil de minuit

 

Consultez notre chronique sur la Suède dans Atlantico.fr
 

C’est un coucher de soleil qui commence comme un autre. Une large, étincelante boule jaune orangé se rapproche petit à petit de l’extrémité de la terre. Mais au moment où elle devrait disparaître et laisser place à la nuit, elle longe quelques temps la ligne d’horizon avant de remonter tenir sa place au milieu d’un ciel qui refuse de noircir.

 

finlande-soleil-minuit-1

 

C’est le soleil de mninuit. Au nord de la Finlande, durant le solstice d’été, l’astre suprême refuse de se coucher, exhortant en quelque sorte les Finlandais à lui emboîter le pas. Comment se résoudre à dormir, en effet, quand le jour rechigne lui-même à se coucher ? Avec trois trémas le village de Näätämo, alias Neiden, ne passe pas inaperçu. Encore moins sur la terre ferme, quand il baigne dans la lumière d’une journée prolongée. On est au cœur de la Laponie, à 350 kilomètres du cercle polaire. Le bastion des rennes. Pour le Père Noël, il faudra revenir l’hiver.

 

finlande-soleil-minuit-2Neiden est un village. Pas plus de 250 habitants. Idéal pour s’imprégner de l’atmosphère locale. C’est ce que l’on cherche en s’isolant à l’extrême nord de la Finlande, à six heures de route d’Helsinki. Se rapprocher des habitants locaux, de leur environnement quotidien, partager leur enthousiasme débordant sous le soleil de minuit.

 

On longe la rivière de Neiden l’air rêveur. Le reflet des arbres dans l’eau étincelante de clarté, les biches qui gambadent sur la rive opposée sans craindre les balles des chasseurs. On s’essaie à quelques ricochets dans l’attente d’un coucher de soleil flamboyant. Il est 22h et il fait encore jour. Ah mais c’est vrai ! Il n’est pas près de faire nuit. Le solstice estival conjure la tombée du soir. On va pouvoir veiller plusieurs jours d’affilée. Deux mois si on le veut, dans certaines régions du nord. Jusqu’à ce que la fatigue se fasse sentir. Ce qui ne semble pas le cas à Neiden, dont les habitants, habitués à ce phénomène extraordinaire, entament un cycle festif. Les enfants jouent au foot sur le port au risque de voir leur ballon tomber du ponton ; les mères de familles sonnent le dîner passées 23 heures ; on joue aux cartes sans redouter le couvre-feu de l’aube. Tout le monde est dehors. Personne ne dort. Qui se plaint de manquer de temps dans la vie serait ravi de passer l’été en Laponie.finlande-soleil-minuit-3

 

 En vingt-quatre heures on a largement le temps d’en apprendre plus sur l’histoire des lieux. Terre d’accueil des Samis occidentaux (peuple autochtone d’une zone qui englobe la Suède, la Norvège et la Finlande), Neiden consiste en réalité en deux parties fixées par traité en 1852, dont le territoire norvégien nettement marqué par l’influence des Russes orthodoxes. D’où le cimetière de même confession refoulé aux confins du village. Quand on commence à comprendre le finlandais on ne s’empêcher de repérer le same, un dialecte en voie de perdition que les habitants de Neiden sont presque les seuls à pratiquer de nos jours. Retour au bord de l’eau pour finir son livre à la lueur du jour infini. Et l’envie de poursuivre un séjour infini.