Blog

Summer garden view of Alcazar of Seville Spain

Entrez dans la danse sévillane

  |   Atlantico Grand Large, Espagne, Europe

 
Article publié sur Atlantico.fr le 18 août 2012
 

Beaumarchais y a campé une pièce, Mozart un opéra. Danseuses de flamenco à gogo, toreros à tire-larigot, l’Alcazar, la cathédrale Notre-dame du Siège, la plus grande d’Espagne, les arènes… Autant de clichés qui contribuent à un même mythe, le mythe de Séville. Pourtant, à trop viser l’incontournable, on manque parfois l’essentiel. C’est pourquoi un arrêt sur image vaut parfois mieux qu’une visite accélérée. Autrement dit, on distingue deux types de tourisme : un tourisme consensuel, voire grégaire, et un tourisme sensuel, sollicitant les sens. Or, pour s’immerger dans la culture sévillane, rien de plus simple. Une fois la course aux attractions finie, il suffit de se laisser guider par l’effervescence et le brouhaha nocturnes.

 

Pack 16 - Seville1

 

En prévision de quelques nuits blanches, il convient avant toute chose de choisir son hôtel, un hôtel central, à la fois accueillant et luxueux. Parmi les établissements répondant à ces critères, on retiendra l’Hospes Casa del Rey de Baeza. Avec sa piscine sur le toit, ses galeries et patios débordant de fleurs, cet hôtel à lui seul vaut le détour. Entre les peintures d’avant-garde et le bâtiment authentique laissé tel quel, l’union entre ancien et contemporain est parfaite. Pour ne rien gâter, cette belle maison andalouse jouxte tous les principaux sites touristiques de la ville.

 

Pack 16 - Seville2

 

Mais Séville ce n’est pas que les promenades en calèche dans le quartier de Santa Cruz et le parc Maria Luisa, regroupant lui-même l’université et la Place d’Espagne, entre autres ; ce n’est pas non plus seulement la Casa de Pilatos, alliant styles mudéjar, gothique et renaissance, les arènes de la Real Maestranza de Caballería, l’Hôpital de la Charité, le Couvent de Santa Paula et ses fameuses pâtisseries régionales, le Musée des Beaux Arts, dont une salle entière est dédiée au célèbre Zurbarán. Non, Séville c’est également et surtout la ville du flamenco. Et le meilleur endroit « du monde », si l’on en croit le New York Times, pour voir un spectacle consacré à ce genre, c’est El Arenal. Chaque représentation y dure environ une heure, un moment exquis qui défile à toute allure en même temps que les costumes bariolés de danseuses au port altier. À chaque coup de talon sur scène répondent des accords de guitare dont la suavité contraste avec la fermeté de certaines chorégraphies. De quoi rester bouche bée en sortant.

 

Pack 16 - Seville3

 

Le tourbillon se poursuit le jour, mais alentour. À une heure de Séville, au domaine de Cortijo de Arenales, par exemple, où se donnent des mini-corridas avec les vachettes de la propriété, et sept messes par jour ; ou bien encore à Ronda, une excursion qui représente, près de quatre heures de route aller-retour. À ne pas manquer là-bas, l’église Santa Maria La Mayor et la Casa Bosco ou Mondragon. Perché sur un plateau, l’ancienne ville maure est caractéristique des villages blancs andalous. Enfin, pour les plus jeunes touristes, il reste le parc d’attraction Isla Magica, sur l’île de la Cortuja, où s’est déroulée l’exposition universelle de 1992.

 

« Paris s’éveille » ? Dutronc a un avion de retard, car Paris-Séville, c’est LA destination ! En avant la musique !