Blog

maldives - Atlantico

Direction le soleil et les Maldives

  |   Asie, Atlantico Grand Large, Maldives

 

Malé, la cité de l’île

 


Entre les plages paradisiaques et les eaux turquoises des Maldives, Malé, capitale culturelle en pleine croissance. Mais aussi l’expérience unique d’un repas dans un restaurant sous-marin.

 
Article publié sur Atlantico.fr le 12 janvier 2013
 

Malé. Maléfice ? Destination très en vogue, notamment en matière de voyage de luxe, la République des Maldives connaît un déséquilibre démographique dont bénéficie sa capitale autant qu’elle en pâtit. Alors que les touristes se répartissent sur les 1 199 îles de l’archipel, c’est à Malé que se concentre la majorité de la population maldivienne. Un effectif qui représente près de 100 000 personnes. Si nombreux sont les autochtones, cela ne signifie pas que l’accès à la ville est interdit aux voyageurs. Au contraire ! Rien de tel qu’un crochet par le centre économique d’un pays avant d’en découvrir les environs.

 

Pack37_Malé 1

 

On parle de labyrinthes grecs. De ce point de vue, les Maldives ne sont pas en reste. La ville de Malé, par exemple, s’étale sur plusieurs îles, dont une divisée en quatre secteurs, Henveiru, Galolhu, Machchangolhi et Maafannu. Un vrai dédale ! En raison d’un débordement démographique conséquent, le gouvernement a décidé de créer un îlot artificiel à partir du sable puisé dans les profondeurs de la mer. Sur cette terre d’accueil prévue pour recevoir 100 000 habitants, les bâtiments en cours de construction s’élèvent à plus de 2 mètres de haut en prévision d’éventuelles montées d’eaux.

 

Pack37_Malé 2

 

Sous la dernière présidence, Malé a été sacré poumon économique et financier de son archipel. Une position qui lui était prédestinée à la lueur de son étymologie. Du sanscrit « mahaalay » (un terme que l’on retrouve dans Taj Mahal), qui signifie « palais » et, par extension, capitale, son nom le désigne comme le lieu de résidence privilégié des puissants.

 

Sa richesse tient notamment au commerce de noix de coco, de coprah et de coquillages cowry. Une activité si dense qu’elle se reflète même dans l’organisation de la ville. La rue principale, Majeedhee Magu, est marchande. C’est là que se réunissent fashionistas et touristes en tout genre.

 

Cependant pareille urbanisation au sein d’un espace si réduit ne peut s’opérer sans épargner l’environnement : adieu les idylliques paysages de carte postale !

 

Islamic Center, Male, Maldives

 

Mais on ne vient pas à Malé que pour le shopping. On y va pour son centre islamique, par exemple. Fondé en 1984, cet imposant monument dispose d’une salle de prière pouvant accueillir presque 6 000 fidèles. Une chance pour la majorité de musulmans qui résident aux Maldives. Diffusée au XIIe siècle, cette religion a été imposée aux citoyens par la constitution de 2008. On peut aussi se faire un devoir d’aller visiter Mulliaage, la résidence officielle du président depuis 1953, date marquant le passage du sultanat à la république. Parlant sultanat, le parc Sultan vaut également le détour. C’est dans ce jardin public que se trouve le musée national.

 

En somme, comme aurait pu l’écrire Cicéron en bon latin, c’est-à-dire en refoulant le verbe à la fin et en  jouant sur les sonorités : « À Malé vous devriez aller. Vale ».