Blog

Zero-Gravity-Thrill-Amusement-Park-Dallas

Dallas en apesanteur

  |   Amérique du nord, Expériences, Insolite, USA   |   No comment

 

Bienvenue au Gravity Zero Center de Dallas. Situé à dix minutes en voiture, au nord du centre-ville, le parc texan ouvre à midi le weekend. Rendez-vous pourtant dès 10h avec le propriétaire des lieux pour tester, en toute intimité, chacune des attractions proposées. Il s’agit d’une visite 100% exclusive et sur-mesure, puisque les activités à entreprendre ont été choisies selon le métabolisme de chacun. Cette vigilance vaut au Gravity Zero Thrill Amusement Park un record de nul mort ou blessé. Pas un accident depuis son ouverture en 1992 ! Autrement dit, le site peut se vanter d’un système de sécurité sans faille. Quoi de plus rassurant quand on s’engage dans cette aventure exceptionnelle ? En route pour une matinée riche en émotions.

 

pep-dallas-0gravity-1

 

Personne à l’horizon. Le manager du centre nous montre le chemin. La première poussée d’adrénaline est prévue au pied d’une plateforme haute de sept étages. De là, maintenu par des cordes épaisses et des bretelles en nylon, on se jette dans le vide. Sans hésitation aucune. La circulation du sang donne un indice quant à sa position dans l’air. Durant la chute, on sent un premier afflux nous monte – ou plutôt descendre – au cerveau. Une fois la tête en bas, une légère pression s’exerce alternativement sur les tempes. Gauche, droite, gauche, droite. Le moniteur professionnel amortit l’atterrissage sur un énorme airbag. « Oh hisse ! » Une profonde respiration s’ensuit. Et on repart !

 

pep-dallas-0gravity-1_1

 

Sur un panneau s’égrènent les mises en garde. Aux limites de taille et de poids, qui varient selon les étapes du parcours, s’ajoutent des restrictions générales. Si les femmes enceintes sont interdites d’accès, cela vaut aussi pour les personnes souffrant de problèmes cardiaques. Fractures, blessures au dos, au cou ou à la tête constituent également des facteurs de rejet. Dans ce cas, l’important n’est pas forcément de participer. Et pour cause, les installations sont impressionnantes en soi. On se sent tout petit face à ces structures de divertissement.

 

pep-dallas-0gravity-2

 

« Ouah ! » doit être le mot le plus souvent répété sur les lieux, de même que « magnifique ! » dans un musée. À plus forte raison devant The Texas Blastoff. Cette construction consiste en une petite cabine suspendue à deux tours d’acier parallèles. Cette fois, on se voit catapulter vers le haut. Rebondir dans les airs a quelque chose de grisant. « Même pas peur ! », se dit-on quand, tout à coup, le siège commence à se retourner progressivement. Un sentiment de panique se serait instauré, si l’on avait perdu de vue la gigantesque bouée de sauvetage en contrebas. Après réflexion, on serait presque tenté de s’abandonner à ce coussin pneumatique géant.

 

pep-dallas-0gravity-3

 

Plus le temps passe, plus on se prend pour un cascadeur en plein casting de film. Seul avec le pseudo-réalisateur, on est invité à braver les dangers imposés par quelque grosse production. Le fantasme se prolonge du haut d’une troisième attraction, The Nothin’ But Net Freefall. Exit le harnais ! Il s’agit cette fois de chuter sans assistance. Non sur le béton, que l’on se rassure. Les corps déchus sont recueillis dans une large filet. Voilà ce que c’est d’aller à la pêche aux sensations fortes.

No Comments

Post A Comment