Blog

Mayas - atlantico

Revivre le temps des Mayas

  |   Amérique centrale et Caraïbes, Atlantico Grand Large   |   No comment

 

Revivre le temps de Mayas

 

La fin du monde n’a pas eu lieu. Les Mayas ne sont donc pas venus à nous ; pourquoi ne pas aller à eux ? Partir en Amérique centrale explorer leur millénaire et richissime patrimoine. Mais aussi le luxe d’un hôtel planté au pied d’un volcan mexicain.

 
Article publié sur Atlantico.fr le 5 janvier 2013
 

5 janvier 2013. Quinze jours après le 21 décembre. Et nous sommes toujours là. Les Mayas se sont plantés. Certes, leur calendrier ne prévoyait pas la fin du monde, mais il en a tout de même effrayé plus d’un !

 

Ne soyons pas rancuniers. Les Mayas n’étaient pas les premiers et ne seront pas les derniers à annoncer l’Apocalypse. Et parmi tous ces prédicateurs de mauvais augure, ils sont sûrement ceux qui ont laissé le plus luxueux patrimoine, pour le plus grand bonheur des touristes de tous bords ! Direction l’Amérique Centrale. Plus exactement l’ancienne Mésoamérique. C’est au cœur de ce grand territoire que vivait, entre le troisième millénaire avant J.C. et le XVIe siècle, la civilisation Maya.

 

Pack36_Mayas2

 

Aujourd’hui disparus, les Mayas s’étiraient du sud du Mexique au Honduras, en passant par le Guatemala et le Belize. Leur population, estimée à quelques vingt millions d’habitants, se répartissait dans de nombreuses villes, dont certaines accueillaient plusieurs dizaines de milliers de personnes. Comme les civilisations futures, passées ou d’alors, les Mayas étaient divisés entre  noblesse, clergé et peuple. Mais à l’inverse de beaucoup d’entre elles, ils ne répondaient pas à une politique gouvernée par un seul et même pouvoir : chacune des villes avait sa propre hiérarchie et parfois même sa propre langue.

Et pourtant, les cités mayas ont évolué en parallèle, et avec elles recherche, science et techniques. A commencer par l’architecture, et les fameuses pyramides. Toutes répondaient aux mêmes critères : neufs niveaux, pour les neufs niveaux souterrains évoqués dans les rites mayas et 365 marches, pour les 365 jours de l’année. Et leurs sommets hébergeaient tantôt un temple, ou un observatoire.

 

Car après le buzz du 21 décembre, ce n’est plus un secret pour personne : les Mayas ont développé une astronomie des plus précises de l’histoire. Si bien que villes et temples étaient alignés sur la cartographie du ciel, et que des événements annuels pouvaient être prévus à la seconde près ! Parmi les autres domaines explorés par les Mayas, on compte notamment les mathématiques, mais également des jeux, en tête desquels leur célèbre jeu de balle.

 

Dotés de leur propre écriture, les Mayas répertoriaient leur savoir dans des ouvrages, appelés codex. Malheureusement, les moines franciscains européens, voyant en ces imprimés des « écrits du diables », n’ont pas eu de meilleure idée que de les brûler. Ainsi, sur 27 codex connus, seuls quatre sont aujourd’hui conservés.

 

Pack36_Mayas3

 

Les conquistadors ont certes éradiqué une bonne partie du savoir maya, mais ils ne sont pas responsables de la chute de la civilisation. Au IXe siècle, faisant face à une grande sécheresse, les villes mayas commencent à se provoquer entre elles, privilégient la guerre à l’astronomie et se détruisent à petit feu. Et quelques siècles plus tard, les Espagnols fraîchement débarqués ne rencontrent alors que des indigènes ignorant tout des coutumes et savoirs mayas.

 

Heureusement l’histoire ne les a pas oubliés. Et d’ancestrales cités comme Palenque, Tikal, Copan ou encore la célèbre Chichen Itza conservent aujourd’hui encore les vestiges de cette civilisation disparue. Un parcours unique, entre Mexique, Guatemala, Belize et Honduras, luxueux voyage sur mesure pour revisiter 2500 ans de l’histoire de l’Amérique centrale.

No Comments

Post A Comment