Blog

Malgré la crise, Monsieur George garde le cap !

  |   Bien-être, Décembre, Découvertes, En Famille, En famille, En Weekend, Europe, Expériences, Février, France, Haut de Gamme, Janvier, Notre séléction, Restaurants, Villes & Architecture   |   No comment

Monsieur Cadet, Monsieur Helder, Monsieur Saintonge… Dans la famille des Hôtels Monsieur, nous voudrions aujourd’hui rendre hommage au Monsieur George qui, à peine ouvert, le 20 mars dernier, aura dû fermer ses portes à deux reprises à cause de la crise sanitaire actuelle. Logé dans un immeuble haussmannien du huitième arrondissement de Paris, le petit dernier du groupe se tient malgré tout à l’écart du tohu-bohu urbain.

Son nom renvoie à la rue Washington, sur laquelle donne une partie de ses 46 chambres et suites. Hommage assumé au premier président des Etats-Unis doublé d’une invitation à entrer de plain-pied dans l’Histoire. Incrustées dans une imposante façade en pierre, deux lanternes coiffent la porte d’entrée en acier de style Art déco.

Au-delà du lobby que domine un vert forêt aux parfums d’exotisme se profilent le bar et le restaurant Galanga. A cette teinte dépaysante se conjugue une palette de matériaux dits nobles, du marbre, au velours, en passant par des miroirs. Un décor signé de l’actrice (elle donne la réplique à James Bond dans le légendaire Au secret de sa majesté) et décoratrice Anouska Hempel. Le Blakes Hotel, à Londres, c’est elle, de même que le Hempel Hotel. Le mobilier du flagship parisien de Louis Vuitton, encore elle. Ses inspirations dépassent largement la Manche. Les teintes retenues pour Monsieur George viennent de Turquie, où cette femme aux mille et un talents a récemment rénové un palace au bord du Bosphore, fleuve-frontière entre l’Occident et l’Orient.

Chacun des six étages de l’hôtel arbore un style différent. Quant aux chambres, toutes doivent répondre aux attentes de profils divers et variés, du businessman concentré sur sa mission au couple déterminé à sortir le moins possible, en passant par le Parisien en quête de quiétude et d’anonymat, ou bien encore la famille nombreuse prête à explorer la capitale jusque dans ses moindres recoins.

Les plus petites font exactement 16 m2. La catégorie « Classique » oscille entre 19 à 22 m2. Puis viennent les « Executive » (24m2) et les « Deluxe », pour la plupart dotées d’un balcon. Les « Chequer » (échiquier, en anglais) se caractérisent par un motif en damier. Les chambres « Windsor », clin d’œil au duc éponyme et à Madame Simpson, regorgent de taffetas gris et de velours bouffants. Au dernier étage, les suites « Benjamin Franklin » évoquent la légèreté et la blancheur romantiques des nuages. Last but not least, la « suite Garden ». Il s’agit d’un duplex de 45 m2 augmenté d’un jardin privé, conçu sur le modèle du domaine de Marly, où Louis XIV aimait se promener à l’abri des regards indiscrets… Royal !

Un mot du restaurant-bar Galanga. Il porte le nom d’un plante rare, cousine du gingembre, stimulante au sens où elle ouvrirait l’appétit. Sa carte est l’œuvre d’un jeune duo, jonglant avec fraîcheur, créativité et tradition. Globe-trotteur dans l’âme et finaliste du concours de Meilleur Apprenti de France, le Chef Thomas Danigo a fait ses armes auprès de l’étoilé Alain Pegouret, avant d’appeler son ami et second Simon Pinault à orchestrer à ses côtés les cuisines de Monsieur George.

Voyons du côté des entrées : difficile de choisir entre les « Ravioles de Gambas », le « Carpaccio de Yellowtail », et le « Tacos revisité à l’avocat bio et ses herbes du jardin ». Le cœur balance ensuite entre le « Cabillaud, lait de coco et galanga, avec des champignons d’Asie » et le « Bœuf vieilli 21 jours nappé d’une sauce teriyaki aux algues nori ». Et pour terminer, pourquoi pas la « Poire pochée, miel au sakura, une glace fior di latte » ? Ou bien alors le «  Riz au lait d’amande et sa mangue rôtie » ?

Voilà pour l’hôtel Monsieur George. Bientôt, Monsieur Aristide, Monsieur Eugène, Monsieur Pablo verront le jour dans le cadre de la Holding HN6 Active, qu’incarnent Hubert et Nicolas Saltiel. Ce tandem de choc imagine ses projets en famille, afin d’insuffler vie et âme à l’ensemble à tout ce qu’il entreprend. Chaque hôtel est unique, mais résulte d’un même travail en équipe. Une équipe qui gagne, pour couronner le tout !

No Comments

Post A Comment