Blog

Top 5 des bûches de Noël 2020

  |   Coups de coeur, Décembre, Découvertes, Europe, France, Novembre, Octobre, Quand partir ?, Vins & Gastronomie   |   No comment

La capitale revêtait il y a peu son manteau automnal, et il s’agit déjà de préparer les fêtes de Noël. Cinq grands chefs viennent de révéler, non leurs secrets de cuisine, mais ce qui en découlera à l’approche des fêtes. Épicée, féérique, tropicale, botanique, enfantine… Cinq bûches nous font déjà rêver, cette année.

Spicy Lutetia

Pour le grand palace parisien, Nicolas Guerico a imaginé une bûche aux saveurs épicées qui évoquent d’emblée le piquant des fêtes de fin d’année. Ce dessert d’apparence traditionnel se compose d’une mousse au citron d’une légèreté aérienne, d’un caramel coulant au goût prononcé, ainsi que d’extraits de vanille de Madagascar. À ce cocktail festif s’ajoutent un croustillant citronné à la cannelle, une ganache pralinée et des copeaux de chocolat noir voués à souligner, pour ne pas dire sublimer, les courbes de la bûche. Un socle ajouré en chocolat 64% Manhari soutient cette création ornée de petites boules de Noël au chocolat blanc. Il ne manque plus que le sapin, les cadeaux, les choeurs pour que les festivités commencent, avec un peu d’avance.

Crillon à la vanille

Cette année, Matthieu Carlin, le chef pâtissier de l’Hôtel de Crillon, raconte l’histoire d’une forêt noire enchantée. Sapins, donjons et personnages féériques reposent sur un biscuit chocolat-amandes croquant représentant un livre de Charles Perrault. Un délice pour les yeux propice à attiser l’imaginaire des petits comme des grands. Quant aux papilles, c’est une mousse mascarpone vanillée qui viendra les réveiller avant de céder la place à une crème au chocolat, faite à base d’un cacao de Madagascar. De quoi ravir les palais les plus exigeants. Coiffée de griottes entières compotées et parsemées d’amandes effilées torréfiées, la « Forêt Noire Enchantée » se révèle être l’une des créations les plus gourmandes du chef. Disponible sur commande, à emporter, cette bûche unique, synonyme de plaisir, ne tardera pas à égayer toutes les tables de Noël.

Hommage à Bocuse

Elle s’appelle « Nuances ». C’est la toute première bûche de Noël que propose le restaurant gastronomique Paul Bocuse. On doit à Benoît Charvet, Champion du Monde des desserts glacés 2018, ce dessert inédit, imaginé comme un hommage à Paul Bocuse lui-même. Son inspiration, le chef pâtissier la puise dans la technique de l’aquarelle qui fascinait et passionnait tant feu le grand cuisinier. Sa palette de saveurs fait allusion aux nombreux voyages qu’effectuait ce dernier. Un biscuit moelleux à la noix de coco torréfiée, une praline onctueuse aux noisettes du Piémont, un confit acidulé au kalamansi et citron vert, un crémeux au chocolat au lait et une mousse légère au lait de coco… Dans la bûche « Nuance », le goût de l’automne revêt un accent exotique. Cette recette mythique sera disponible en édition limitée de 500 pièces. Une exclusivité qui fait déjà saliver.

Un Shangri-La tout chocolat

Pour son premier Noël au Shangri-La Paris, le talentueux Maxence Barbot a imaginé une bûche choco-caramel intitulé « Jardin sous la Neige ». Ce nom fait référence aux parterres à la française qui se déploient au cœur du palace. Il s’agit également d’un clin d’œil la passion qu’entretenait le Prince Roland Bonaparte, l’ancien maître des lieux, pour la botanique. Et le goût dans tout ça ? Sur une base de pâte sucrée au chocolat reposent un croustillant au chocolat, un délicat crémeux chocolat Altapaz 73%, ainsi qu’une mousse lactée au cacao du Guatemala. Entre chaque couche se glisse un onctueux caramel à la vanille, qui permet de jouer sur les textures. De fines sphères candy surplombent ce parc gustatif, transportant ainsi le goûteur au paradis, pour ne pas dire au jardin d’Eden. Afin de tester cet incroyable dessert, il suffit de le commander au restaurant La Bauhinia, 72h avant dégustation. Édition limitée à cinquante exemplaires, attention !

(Le)sage comme une image, au Westin Paris-Vendôme

Cette année, l’équipe de l’hôtel The Westin Paris-Vendôme, à savoir la pâtissière Florence Lesage, son chef exécutif David Réal, et le reste de sa brigade, a décidé de mettre la famille à l’honneur, en réponse à la crise sanitaire qui invite à apprécier ce qu’il y a d’essentiel dans la vie. Au menu donc, un retour en enfance, en forme de cheval à bascule. L’illusion est presque parfaite : on ne dirait presque pas qu’il s’agit d’une pâtisserie. Prouesse technique en partie due à la pâte sucrée qui apparaît comme une structure en bois plus vraie de nature.

No Comments

Post A Comment