Blog

Piraterie et gastronomie sur le plus beau toit de Paris

  |   Coups de coeur, Découvertes, Europe, Expériences, France, Haut de Gamme, Notre séléction, Novembre, Octobre, Restaurants, Septembre, Vins & Gastronomie   |   No comment

En collaboration avec Moma Group, le Chef Julien Sebbag (Chez Oim, Créatures, Je Cuisine chez toi…) vient de camper sa table « expérientielle » et gastronomique sur le toit-terrasse des Galeries Lafayette Paris Haussmann, en face de son restaurant éphémère Créatures. Son nom ? Tortuga. Une toute nouvelle adresse placée sous les auspices de l’architecte Franklin Azzi, et de l’ornemaniste et artiste Pierre Marie.

La naissance de Tortuga, bastion de pirates au XVIIème siècle, est le fruit d’une collaboration entre trois personnalités passionnées par leur art. Julien Sebbag, le pro des assaisonnements, Franklin Azzi, l’as de l’architecture, et Pierre Marie, le roi de la décoration. Entre le restaurant gastronomique, dont le produit phare s’avère le poisson, la chaleur humaine et l’énergie débordante du chef Julien Sebbag, ainsi qu’une vue renversante sur tout Paris, c’est un cocktail de genres divers et variés qui s’offre à la clientèle du lieu.
A sa table, Tortuga promet une déclinaison de saveurs inattendues autour d’un produit star, le poisson. Il sera toujours de saison, mais aussi local et sauvage. Ainsi se résume l’éthique du Chef Julien Sebbag, lequel souhaite limiter la surconsommation en sélectionnant soigneusement l’ensemble de ses ingrédients lui-même. Julien Sebbag a construit son identité autour d’un constat qui lui tient à cœur : l’expérience gastronomique commence bien avant le dressage de l’assiette. Toute préparation est un spectacle, selon lui. L’expérience du goûteur débute dès lors qu’il pénètre dans la salle du restaurant, face à une cuisine ouverte, soit à une brigade à découvert. L’ensemble des sens se voient alors sollicités.
Autodidacte de 28 ans, Julien Sebbag se trouve déjà à la tête de trois restaurants à Paris. Talentueux, sensible et passionné, le jeune chef épate autant qu’il intrigue. Depuis bientôt deux ans, il affiche complet tous les mardis soirs à l’étage du Bus Palladium. Afin de réserver Chez Oim, il faut désormais s’y prendre plusieurs mois à l’avance. Quant à Créatures, son restaurant situé en face de Tortuga, c’est également le carton plein, littéralement.
Personnalité montante d’une jeune génération de chefs engagés, Julien Sebbag conçoit ses recettes dans une perspective 100% éco-responsable, en optant pour des circuits courts, des produits saisonniers, des méthodes d’anti-gaspillage radicales et en veillant au bien-être de ses équipes. En tant que restaurant dit « expérientiel », Tortura apparaît comme un véritable défi pour lui, traduisant une envie de raffinement, « un besoin de se poser et de prendre le temps, sur un fond de jazz », dixit le principal intéressé.
S’agissant de Franklin Azzi, on lui doit d’avoir livré son pavillon aux Galeries Lafayette Paris Haussmann, cet été. Pour ce lieu ouvert à 360 degrés sur le paysage parisien, l’architecte a imaginé une structure ultra légère en acier, démontable et amovible selon les saisons. L’écrin idéal pour le restaurant Tortuga, et son chef Julien Sebbag ! D’un côté se déploie un panorama urbain fantasmé aux quatre coins de la planète (Ah ! Les toits de Paris !) ; de l’autre, une décoration intérieure de toute beauté.
De concert avec Guillaume Houzé, directeur de l’image et de la communication des Galeries Lafayette, Franklin Azzi a invité l’ornemaniste Pierre Marie à dialoguer avec son architecture.  Cette collaboration s’inscrit dans la grande tradition des arts décoratifs et renoue avec l’esprit d’innovation qu’incarnaient les grands magasins en faisant simultanément appel à des ingénieurs, des architectes et des artistes contemporains. Le style minimaliste du pavillon de Franklin Azzi contraste fortement avec les deux tentures monumentales signées Pierre Marie, par exemple. L’artiste a puisé une grande part de son inspiration dans la la richesse de la flore sous-marine. Les algues et les coraux imprimés sur ses fresques textiles sont autant de motifs, de couleurs et de matières assortis à l’épure d’une construction oscillant entre opacité et transparence. Un duo de choc, pour un cadre unique, harmonieux jusque dans ses contradictions.
No Comments

Post A Comment