Blog

Enchères historiques à l’Hôtel Belles Rives

  |   Arts & Musées, Coups de coeur, Découvertes, En Weekend, Europe, Expériences, France, Insolite, Non classé, Octobre, Quand partir ?, Septembre   |   No comment

Jamais deux sans trois ! Cette année encore, la maison de ventes de Maîtres Pichon & Noudel-Deniau et Marianne Estène-Chauvin renouvellent leur collaboration en organisant, le 29 septembre, un événement autour  du thème de la céramique et de la Méditerranée.  L’occasion de sublimer des œuvres issues des « arts du feu » dans ce cadre magique qu’est l’Hôtel Belles Rives, institution de Juan-Les-Pins, dans le Sud de la France. Ce projet longuement mûri a pour vocation de mettre principalement en lumière des artistes emblématiques de Vallauris et de ses environs.

Ancrée dans l’histoire de l’art local, la maison de ventes Maîtres Pichon & Noudel-Deniau compte de nombreuses adjudications à son actif, la plupart ayant contribué à faire rayonner la pratique de la céramique, ses acteurs, des fonds importants, tel que celui de Suzanne Ramié, en 2008. De là découlent de solides liens, pour ne pas dire amitiés dans certains cas, avec de très grands collectionneurs, en mesure d’acquérir des pièces d’exception. Ainsi d’un pichet intitulé « Chouette » réalisé par Pablo Picasso en 1969 et vendu à non moins de 35 750 €, lors de la deuxième édition de Parcours Céramique, l’an passé.

S’agissant de Marianne Estène-Chauvin et de son fils Antoine, ils ne jurent tous deux que par la céramique d’après-guerre, et particulièrement celle venue du bassin Sud-Est. La première n’a pas manqué de commander pour l’Hôtel Belles Rives, qu’elle possède et dirige depuis 2001, des créations à des artistes locaux. On doit notamment à Olivier Antoine et à Erick Ifergan d’avoir de sublimé les nouveaux espaces de la réception.

Quelque deux cents œuvres signées des plus grands céramistes du XXe siècle, parmi lesquels Picasso (et Madoura), Jouve, Capron, Portanier, Innocenti, Derval, Ruelland, Agard, Gambone, Carbonell seront présentées durant la prochaine vente susmentionnée. L’exposition qui précédera les enchères se déroulera dans une partie du lobby et dans le Bar Fitzgerald de l’Hôtel Belles Rives, lequel appartient au cercle restreint des Cafés Historiques et Patrimoniaux d’Europe, au même titre que les Deux Magots à Paris, par exemple.

Cette troisième édition du Parcours Céramique inclut un ensemble d’œuvres exceptionnelles de Madoura, acronyme qui emprunte deux syllabes aux noms de sa fondatrice, Suzanne Ramié, née Douly. Fondé en 1938, cet atelier que fréquentaient Marc Chagall, Henri Matisse – dont 2019 marquait le cent-cinquantième anniversaire -, et Victor Bauner – auquel le Musée d’art moderne de la Ville de Paris s’apprête à consacrer une rétrospective – contribua fortement au renouveau des arts de feu dans les années 1950-1970.

En 1946, Suzanne Ramié croise le chemin de Pablo Picasso, au Nérolium, halle agricole où se tenait l’exposition « Poterie, fleurs, parfums ». Rencontre déterminante dans le parcours de ce dernier. C’est au sein de l’atelier Madoura que le maître cubiste s’initie à la céramique, soit en retouchant des formes produites in situ, soit en imaginant des décors peints où les mettre en scène. Ses dessins préparatoires pouvaient donner naissance, à l’occasion, à des créations dites originales. De 1946 à 1971, Picasso réalise près de quatre mille œuvres, dont environ six cents modèles édités, le nombre de tirages pouvant aller de vingt-cinq à cinq cents exemplaires. Et les époux Ramié, Suzanne et Georges, de veiller au bon déroulement de chaque opération technique. Un contrat d’exclusivité liait le deux partis.

Parmi les lots sélectionnés, douze pièces inédites de Madoura. La galerie du même nom ferma ses portes en 2007, tandis que l’atelier demeura ouvert, lui, jusqu’à son récent rachat par la C.A.S.A. (Communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis). Sa gestion est désormais assurée par la Ville de Vallauris. Reconnu lieu « d’art, d’histoire et de création », il se visite par groupes de dix-douze personnes, sur rendez-vous (inscription préalable à l’office du tourisme). Une exposition retrace l’histoire du site, le travail de Suzanne Ramié ainsi que celui des artistes ayant œuvré dans ce bastion de la céramique.

No Comments

Post A Comment