Blog

L’hôtel de l’Île de la Lagune s’agrandit

  |   Août, Bien-être, Coups de coeur, En Famille, En famille, En Weekend, Europe, Expériences, France, Haut de Gamme, Notre séléction, Octobre, Restaurants, Septembre   |   No comment

Besoin de changer d’air, de vous ressourcer au bord de la mer et d’être dorloté dans un environnement élégant, discret et luxueux ? C’est le moment de découvrir (ou de redécouvrir) le boutique hôtel de l’Île de la Lagune 5* à Saint- Cyprien, lequel appartient au groupe familial occitan ROUILLHOTEL (excepté le Domaine des Remparts, situé à Marrakech). La réouverture de l’établissement s’accompagne de nombreuses surprises : tout d’abord, la carte savoureuse, signée d’un nouveau chef, l’étoilé Frédéric Bacquié, propose des formules bistronomiques pour le déjeuner ; l’établissement vient qui plus est d’être augmenté de chambres et suites en bord de lagune. Le tout pour un séjour idyllique.

Le boutique hôtel de l’Île de la Lagune se situe sur une île privée au milieu de la lagune de Saint-Cyprien, dans la région occitane. Entre terre et mer, cet hôtel est le refuge idéal pour fuir la frénésie de la vie citadine et se faire plaisir. Parmi les services exclusifs offerts  à ses hôtes, des soins exclusifs de la plus petite thalasso de France, une collection de cocktails signature à déguster sur une plage privée ou le rooftop, dans la cadre d’une soirée romantique. Un bateau-navette se tient à la disposition de tous pour rejoindre la plage de Saint-Cyprien. Le personnel de l’établissement n’a qu’un devoir, contribuer au bien-être de la clientèle, en préservant son intimité.

A seulement quelques pas de la bâtisse principale de l’hôtel, le Pavillon Newport a été récemment restructuré, afin d’intégrer dans l’offre de l’hôtel Relais et Châteaux, l’Ile de la Lagune, cinq nouvelles suites exceptionnelles. Ces hébergements ont été conçus en vue d’accuser la dimension « immersive » que l’établissement entend cultiver au plus près de l’eau et de la nature qui l’entourent. Ce pavillon Newport se présente en réalité comme un hommage direct aux charmantes villes balnéaires de la Nouvelle Angleterre, où l’on aime se réfugier, le temps d’une parenthèse enchantée, dans l’espoir d’oublier le tumulte des grandes cités. Newport, Nantucket, Long Island, Cap Cod, Hamptons, Rhodes Island… autant de lieux de villégiature préservés dont le nom résonne puissamment dans l’imaginaire collectif. La décoration et l’ambiance générale du pavillon évoquent l’élégante décontraction de cet univers de bord de mer, tout en boiseries et teintes chaleureuses.

Le design de ces nouvelles suites est dû à l’architecte d’intérieur Kristian Gavoile, déjà à l’origine du relooking des chambres de l’hôtel, de ses espaces communs et des restaurants l’Almandin et Acquarama. Sa familiarité aux lieux ne pouvait qu’établir un dialogue de confiance, ouvert et franc avec Alicia et Xavier Lormand, les propriétaires de l’Île de la Lagune 5*. Chaque meuble, matériau ou bibelot rappelle un souvenir, une émotion, un voyage ou un souvenir familial. Chaque décor raconte une histoire, tout en permettant au voyageur d’y écrire la sienne en filigrane.

Ici, la technologie participe avant tout au confort. Discrétion et raffinement, voilà les mots d’ordre de cette adresse hors du commun ! Avant d’être dernier cri, chaque appareil se doit d’être facile d’utilisation. Que le miroir se transforme en télévision connectée, le sèche-serviettes en enceinte bluetooth ; que les rideaux couvrants électrifiés permettent de créer une ambiance feutrée pour se tenir à l’abri des regards indiscrets, tant mieux ; mais ces prouesses techniques n’auraient pas autant de valeur, si elles gâtaient l’esthétique des chambres.

D’ailleurs, chacune a sa terrasse privatisée, de vrais coins de paradis concentrés au rez-de-lagune. Y dominent, du bois, de la verdure, des matériaux bruts  à même de se fondre dans le décor, de faire corps avec la nature environnante. Au centre de chaque terrasse trône un olivier, symbole de force et longévité qui renvoie aux traditions et à la culture locale. Quand on pense qu’on peut pêcher à l’ombre de cet arbuste, au sortir de son lit douillet ! Il suffit d’aller chercher l’une des cannes, rangées dans quelque placard. Et… de se lever aux aurores, bien sûr, afin de guetter, traquer, muet comme une carpe, des poissons.

No Comments

Post A Comment