Blog

Les pieds dans l’eau à Ajaccio

  |   Non classé   |   No comment

Posté à l’entrée de la ville d’Ajaccio sur la route des quatre Sanguinaires – incontournable excursion sur place –, Les Mouettes sont le seul hôtel aussi central de sa catégorie. Les autres établissements de luxe les plus proches sont situés à la périphérie de la ville. Résidence secondaire construite en 1880, le bâtiment principal fut transformé en auberge et baptisé L’Hostellerie de la Grande Bleue, afin d’accueillir les touristes du nord venus passer l’hiver en Corse. Les Mouettes (ainsi se nomment les rochers où quelques oiseaux marins aiment se dorer la pilule) ouvrent sous leur forme et nom actuels, en 1954, imposant un certain standing à Ajaccio. Montée en gamme qui attire des artistes, tels que Marcel Pagnol et Maria Callas, des sportifs ou encore personnalités politiques de renomée internationale. En 2006,  Jean-Paul Pieri, propriétaire du Castel Brando à Erbalunga, le tout premier hôtel de charme de Corse, confie les rênes de la propriété à l’un de ses fils, Jean-Baptiste, qui a su instiller dans les lieux un sens du service irréprochable.

La plupart des voyageurs ne quittent Les Mouettes que pour y revenir. Cela se comprend ! On a rarement connu meilleur accueil ! Aucune question ne reste sans réponse : il est toujours quelqu’un à la réception pour éclaircir un point, dissiper un doute. Un chaleureux sourire vous attend toujours au pied des marches de la réception, laquelle donne sur la terrasse du restaurant, elle-même forte d’un panorama époustouflant sur la mer. Une double perspective qui donne envie, à peine arrivé, de se jeter dans l’eau. En contrebas, une plage privée. Une poignée de transats, et des rochers, relativement confortables, pour qui aime faire corps avec la nature. Une atmosphère de plaisance complétée par le charme et la protection de palmiers, de pins et d’eucalyptus, pour certains centenaires.

L’heure du dîner a sonné. La formule gastronomique d’Alexis Vergnory, chef normand arrivé dans les cuisines des Mouettes en avril 2017, se révèle à la hauteur de sa réputation. Rien que le pain maison, accompagné de son beurre aux algues Nori, fait saliver. Artichaut Camus (… Tartare et espuma, stracciatella). Tomate cerise (… Au naturel, prisuttu, eau de melon, sorbet basilic). Langouste (… Raviole, crème de brocciu au wasabi). Pêche jaune (… Pochée, minestrone, sorbet romarin). Chaque intitulé met le produit en avant, de sorte que l’on sait immédiatement ce que l’on va déguster. Le raffinement est au rendez-vous, des amuse-bouches (focaccia tapenade, bouchée chèvre sésame) aux mignardises (tartelettes façon Paris-Brest, boules coco…).

 

Membre du groupe Châteaux & Hôtels Collection, l’Hôtel**** Les Mouettes compte vingt-huit chambres en tout et pour tout. Chacune présente une décoration unique et soignée. Certaines recèlent des tapis de yoga, hérités de retraites habituellement organisées à la fermeture de l’établissement, début novembre. Le contexte actuel ne permet malheureusement pas de savoir si le programme de cette année est maintenu. Heureusement, il y a toujours le spa pour lâcher-prise.

Accessibilité, luxe, calme, volupté, tous les ingrédients sont réunis pour un séjour parfait. A seulement quelques kilomètres des Mouettes se trouvent les vastes étendues de sable fin et les paillottes de la fameuse route des Îles Sanguinaires, ainsi que le site de la Parata et la grande plage sauvage de Capo di Feno, tous deux estampillés « réserves naturelles ». Il faut dire que, par son emplacement aux portes d’Ajaccio, l’hôtel apparaît comme le point de départ idéal de diverses excursions à travers les plus beaux sites de Corse, dans les terres ou en bord de mer, Corte et la Restonica, Bonifacio et le Golfe de Porto (les calanches de Piana et la réserve de Scandola), classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

 

Pour ne rien gâter, Les Mouettes ont adopté des pratiques respectueuses de l’environnement et des mesures de soutien durable en faveur de l’agriculture, de l’artisanat, de la culture, de l’économie et de l’emploi en Corse. Cette politique proprement écologique se traduit par le recours à l’énergie solaire pour produire de l’eau chaude, des consignes de recyclage strictes, l’utilisation de produits d’entretien Ecocert©, label respectueux de la nature, la mise en place de dispositifs d’isolation, d’éclairage, de chauffage et de climatisation à économie d’énergie, d’économiseurs d’eau dans les salles de bain, par des messages adressés à la clientèle afin de responsabiliser leur consommation de linge… Un modèle qui fait chaud au cœur.

No Comments

Post A Comment