Blog

Le Musée des Oscars en avant-première

  |   Amérique du nord, Arts & Musées, Coups de coeur, Découvertes, Février, USA, Villes & Architecture   |   No comment

Au coin de Wilshire et Fairfax, au cœur de Los Angeles, se dresse un bâtiment orné d’un cylindre or (350 000 carreaux de 24 carats) attribut qui permettait encore d’identifier le Saban Building, dans les années 1940. C’est dans cet ancien magasin que l’Académie des Oscars, après un peu moins d’un siècle de réflexion, a finalement décidé de nicher The Academy Museum of Motion Pictures, que certains surnomment, pour son plus grand malheur, le Musée des Oscars. Son premier bail expire dans cinquante-cinq ans. En attendant, Renzo Piano a été sollicité d’une part pour restaurer le site, d’autre part, pour construire un tout nouveau bâtiment rattaché à l’ancien par trois ponts enrobés de baies vitrées. Priorité à la lumière ! Cet ajout a la forme d’une sphère gigantesque en béton. Elle abrite un théâtre de mille places, dont nous pénétrerons l’antre au cours de la visite. Sans parler – spoiler alert – du panorama qui se déploie en son sommet. Suivez le guide !

L’ornement qui chatoie en face du Peterson Automotive Museum (Nous sommes dans le quartier des musées. Le Los Angeles County Museum of Art se trouve juste à côté) évoque fortuitement et ce, en dépit de sa forme cylindrique, la statuette des Oscars. À croire que c’était écrit. Le papier craft recouvrant les vitres de la porte d’entrée dissuade de franchir le seuil du bâtiment gardé par plusieurs médiateurs. Nous ne serons pas tout à fait seuls, mais entourés de quelques journalistes. Pas un Français en vue. Devant un buffet gargantuesque, Bill Kramer, le directeur du musée, nous accueille, nous, happy few. Le temps de siffler une dernière goutte de café « Americano », pour ne pas dire d’eau caféïné, et nous voilà good to go !

Les escalators trahissent la vocation initiale du lieu, dont Renzo Piano a souhaité garder l’essence, en conservant et reproduisant des piliers en béton dont la couche de plâtre commençait à s’écailler. Tant mieux ! L’architecte italien est connu pour son esthétique industrielle. La déambulation débute au rez-de-chaussée. À gauche, le futur restaurant. À droite, ce qui deviendra un retail store. Cap sur le Lower Level, lequel consiste en réalité en deux sous-sols. Le premier abrite un Education Studio, où une série de cours se verront dispensés. Le second, en un auditorium de deux cents places environ, tapissées d’un vert émeraude éblouissant. Ça sent le neuf ! Et pas dans le mauvais du terme. Au contraire !

Les premiers et seconds étages qui courent sur 150 m2, sont réservés aux collections permanentes, présentées, pour commencer, sous le titre de « Where Dreams Are Made: A Journey Inside the Movies », exposition au long cours qui englobera accessoires et décors du Magicien d’Oz, lesquels auraient dû initialement être présentés au niveau 0. Quant aux projets temporaires, ils auront place au troisième étage. Si l’exposition inaugurale sera consacrée à Hayao Miyazaki ; la suivante retracera l’histoire du cinéma afro-américain.

Au quatrième et dernier étage, s’étire l’une des trois passerelles permettant de rejoindre le sommet de la sphère en cours de finition, une terrasse coiffée d’un dôme en verre, soutenu par des arrêtes quadrillées. Le ciel semble grillé. Le soleil, lui, brille, sans brûler. Droit devant, une vue à couper le souffle. À l’ouest, le Getty Center, campus d’art et de recherche réalisé par l’architecte Richard Meier sur une colline de Brentwood. À l’est, China Town. Entre les deux, le Hollywood Sign fait timidement son apparition. De là, on aperçoit, en contrebas, le LACMA qui lui-même en train de refondre une partie de ses espaces, et le trottoir d’en face, où une nouvelle station de métro émergera en 2023, faisant de l’Academy Museum of Motion Pictures le cœur d’un hub culturel incontournable. La suite, au prochain épisode.*

*La date d’ouverture, le 14 décembre prochain, ne nous a pas été révélée, ce jour-là. C’est Tom Hanks qui a « craché le morceau », deux jours plus tard, au beau milieu de la cérémonie des Oscars.

No Comments

Post A Comment