Blog

Le San Régis, une histoire… de famille

  |   Bien-être, Coups de coeur, Décembre, En Famille, En famille, En hiver, En Weekend, Europe, Expériences, France, Haut de Gamme, Insolite, Janvier, Non classé, Notre séléction, Quand partir ?, Restaurants   |   No comment

La rue Goujon était, à l’époque, « la plus belle avenue du monde », un haut lieu de mondanités. Les uns paradaient à visages découverts dans de superbes attelages. Les autres se promenaient, à pied, dans leurs plus beaux atours. En 1857, Monsieur Edmond Petit y fait construire l’hôtel particulier qui abrite aujourd’hui l’hôtel San Régis. En 1923, Simon André Terrail, alors propriétaire de la Tour d’Argent, acquiert cette belle demeure pour la transformer en un palace ouvert aux mondes de la mode, du spectacle et des affaires.

Elles sont légion les célébrités qui y ont depuis transité. Lauren Bacall, Gene Kelly, Jacqueline Bisset, Candice Bergen, Louis Malle, Richard Avedon, Romy Schneider font partie de la longue liste d’habitués de l’Hôtel San Régis, dont la notoriété ne cesse d’ailleurs de croître d’année en année.

Il faut attendre 1984 pour qu’Elie Georges, en quête de l’hôtel idéal, tombe sous le charme de ce luxueux écrin. Son emplacement, sa façade aux propositions idéales, son harmonieuse décoration… C’est en homme d’affaires avisé et en amateur d’art qu’Elie Georges fait l’acquisition de cette demeure d’exception, dans le but évident de la restaurer. Elie en confie immédiatement la gestion à ses deux frères, Maurice et Joseph. Ainsi se forme une équipe familiale soudée et dynamique à la tête d’un établissement fraîchement rénové.

Ensemble, les trois mousquetaires construisent le San Régis à leur image, dans un style qu’ils veulent unanimement élégant, raffiné et discret. Aujourd’hui, le San Régis, que caractérisent un art de vivre à la française ainsi qu’un sens aigu de l’hospitalité, demeure l’un des lieux de villégiature préférés de toute personnalité en quête d’authenticité et de discrétion. Une saga qui ne s’achève pas là. Bien au contraire !

Manquait une touche féminine à l’ensemble. La voilà double, depuis que Sarah et Zeina ont rejoint l’aventure. Toutes deux l’avouent volontiers : « le San Régis [aura été] le cinquième enfant » de leur père. Après une carrière comme ingénieur dans l’industrie cosmétique pour Sarah, chez L’Oréal notamment, dans le marketing, la joaillerie et l’horlogerie haut de gamme pour Zeina – elle a travaillé pour Dior, Van Cleef and Arpels –, les cadettes de la famille Georges s’emparent de la direction de l’hôtel.

De leurs parcours respectifs dans le luxe, Sarah et Zeina ont appris la rigueur, l’art de cultiver l’excellence, le souci du moindre détail. De leur père, le savoir-faire, le « savoir recevoir » et l’importance des attentions à accorder à une clientèle de fidèles. Certains hôtes passent des semaines, voire des mois dans la même chambre. La plupart reviennent à un moment précis de l’année. Cet esprit familial, qui constitue l’ADN, pour ne pas dire l’âme du lieu, mérite d’être conservé avec autant de soin.

À la fois propriétaires et de gérantes de l’hôtel – il est rare que les deux titres soient cumulés dans le milieu –, Sarah et Zeina ont su tirer de leurs expériences peu conventionnelles et de leur retrouvailles sur le terrain professionnel, une force supplémentaire. Avec Sarah dans le secteur du management, et Zeina, au pôle marketing et communication, l’équilibre entre tradition et modernité n’a jamais été aussi bien respecté. Pour le duo de choc, pas de rupture sans continuité ! Parmi les derniers changements en date, la nouvelle carte du restaurant Les Confidences due à l’arrivée récente du Chef Romain Leydier, marque une transition en douceur, quoique bienvenue.

Trois frères, puis deux sœurs. Les fratries se succèdent au San Régis, guidées par un socle de valeurs inébranlables et un amour débordant pour le métier d’hôtelier.

No Comments

Post A Comment