Blog

L’InterContinental Lyon doublement récompensé

  |   Coups de coeur, Décembre, Découvertes, En Weekend, Haut de Gamme, Hébergements insolites, Notre séléction, Novembre, Restaurants, Villes & Architecture   |   No comment

L’InterContinental Lyon – Hôtel-Dieu vient de remporter deux récompenses à Paris et New York, confirmant sa place de référent dans le monde de l’hôtellerie de luxe. La première, le Prix du Meilleur « Effet Wow ! », lui a été remis lors de la vingtième cérémonie des Worldwide Hospitality Awards, après un vote consultatif en ligne et une délibération entre deux jurys d’experts, hôteliers et non hôteliers. Ce trophée couronne un produit, une prestation ou une expérience exceptionnelle proposé(e) par un établissement cinq étoiles et plus, soucieux de surpasser les attentes de ses clients les plus exigeants. Il y avait treize autre catégories en jeu ce soir-là.

Aux États-Unis, l’InterContinental Lyon- Hôtel-Dieu vient d’être élu Best Hotel Luxury (Meilleur Hôtel de Luxe) au cours de la cérémonie des Gold Key Awards 2019, se distinguant ainsi parmi plus de quatre cent quarante candidats par son excellence en matière de design hôtelier. Organisés par le magazine Boutique Design, publication consacrée aux hôtels, spas et restaurants de charme, les Gold Key Awards récompensent chaque année les projets hôteliers les plus novateurs aux quatre coins de la planète.

Ouvert en juin dernier, l’InterContinental Lyon est niché au cœur du plus prestigieux monument historique de la ville, le légendaire Grand Hôtel-Dieu. Sa décoration intérieure est l’œuvre de Jean-Philippe Nuel, grand nom du design international qui a mis un point d’honneur à respecter l’histoire des lieux. Résultat : il en ressort un décor à la fois « monacal et précieux », sobre à l’intérieur comme pour compenser la richesse de son architecture extérieure. Fort de cent quarante-quatre chambres et suites, d’un restaurant avec terrasse extérieure, d’un bar grandiose et d’un vaste centre de conférences, l’établissement s’impose désormais comme un point de chute incontournable dans la capitale des Gaules.

L’activité de cet ancien hôpital s’étire sur près de huit siècles consécutifs. Cet édifice extraordinaire, doté d’une façade colossale de 360 mètres de haut et d’un dôme sublime, tous deux signés Soufflot, a fait, de 2013 à 2019, l’objet de la plus ambitieuse opération de rénovation privée d’un site classé en France.

La moitié des chambres de l’InterContinental Lyon donne directement sur le Rhône. Le reste, sur les cours intérieures de l’établissement, ou sur Fourvière, colline qui domine le centre de la ville, à l’ouest. Réparties, comme leur nom l’indique, sur deux niveaux, les Suites Duplex, jouissent de larges et hautes baies vitrées laissant entrer, pour le plus grand plaisir des clients, la lumière du jour. C’est la catégorie la plus emblématique de l’hôtel. Quant à l’unique Suite présidentielle – la seule, l’unique, la plus vaste de la ville –, elle se caractérise par une palette de teintes poudrées et d’élégants motifs floraux.

L’InterContinental Lyon affiche ainsi un « luxe humble », conforme à son passé ainsi qu’aux nouvelles attentes des voyageurs de ce début de XXIème siècle. Sous sa majestueuse coupole (32 mètres sous clef de voûte pour une surface au sol de 500 m2), place au bar Le Dôme, point de rendez-vous privilégié des Lyonnais. Au menu : des bouchées sortant de l’ordinaire présentent tant un fort ancrage local qu’une ouverture sur les saveurs du monde entier.

S’agissant enfin d’Epona, la table des lieux, c’est Matthieu Charrois qui en a la charge. Le jeune chef se propose d’y réinterpréter les grands classiques de la cuisine lyonnaise. La K’nelle compte parmi ses recettes favorites. Introduite pour la première fois dans l’Antiquité, la quenelle arrive en France autour de 1750, puis sous le rouleau à pâtisserie de Charles Morateur au XIXe siècle, lequel décida de mélanger pâte à chou et chair de brochet. Au restaurant Epona, ce plat déjà original en son temps apparaît sous une forme plus croustillante. Matthieu Charrois revisite également la salade lyonnaise, en y ajoutant notamment des œufs cuits à basse température et une royale de lard. Autre audace : des pieds de cochon et une émulsion de thym viennent flirter, dans l’assiette, avec les fameuses cuisses de grenouilles qui attisent la curiosité de tant d’étrangers. Un voyage gustatif, dans tous les cas, mémorable.

No Comments

Post A Comment