Blog

Hoxton x London : jamais deux sans trois !

  |   Angleterre, Arts & Musées, Coups de coeur, En Weekend, Europe, Haut de Gamme, Notre séléction, Octobre, Restaurants, Septembre, Villes & Architecture   |   No comment

C’est le petit dernier d’une fratrie de neuf (Paris, Amsterdam, New York, Portland, Chicago, Downtown LA…). Le troisième à voir le jour à Londres (Shoreditch, en 2006 ; Holborn, en 2012). Situé là où l’indique son nom, le Hoxton Southwark vient d’ouvrir, en septembre sur Blackfriars Road, à moins de cinq minutes à pied de la Tate Modern. Fans de Takis et d’Olafur Eliasson, tenez vous prêts. Deux expositions hors du commun vous y attendent. Surtout si vous bénéficiez de l’offre 2FOR1 d’Eurostar, qui vous ouvre les portes des plus belles institutions culturelles de la ville.

Composé de 192 chambres en tout et pour tout, l’établissement présente un style industriel chic et un volet communautaire, profondément ancrés dans l’ADN de la famille Hoxton. Chaque maison-fille met un point d’honneur à promouvoir le quartier qui l’accueille. Sans oublier ses habitants. Après Shoreditch, et Holborn, il s’agit cette fois de soutenir des artisans et artistes basés dans le sud de la ville. Une partie du mobilier a été chiné, ou fabriqué, sur-mesure, à proximité. De même, les œuvres d’art déployées dans le hall d’entrée ont été « sourcées » (sic) par Project on the Wall, cabinet de conseil qui habille les murs de certains établissements en veillant à trouver des pièces qui en respectent l’esprit. Quinze mille livres (17 000 euros) ont été levées à l’inauguration de l’hôtel dans le cadre de Good Neighbours (bons voisins), opération qui soutient toute initiative locale.

La communauté de chaque Hoxton s’étend pourtant au-delà de ce champ professionnel. Résidents et passants sont également invités à participer à la vie de l’hôtel. Et pour cause ! Une programmation particulièrement dense s’offre à eux tous les mois, si ce n’est toutes les semaines. Conférences, ateliers, concerts, expositions, pop-up shows rythment désormais la vie des Londoniens et des voyageurs du monde entier. De même qu’à Paris ou, plus récemment Chicago, les « Hox Friends » s’engagent à recommander leurs livres favoris aux invités de l’hôtel. Les plus consciencieux y glissent parfois un marque-page ou une liste de leurs activités favorites à Londres.

S’agissant du lobby, il apparaît comme un vaste open-space, précisément afin d’attirer le plus de monde possible mais surtout afin d’inciter les gens à interagir. Un décor grand, pour ne pas dire grandiose, car certains détails font écho aux salles de spectacles qui pullulent alentour. Dans ce cadre aux accents légèrement dramatiques, les palmiers postés à l’entrée de la propriété ne peuvent plus s’interpréter que comme un clin d’œil à Hollywood. Parlant végétation, les installations botaniques qui parsèment l’immeuble rappellent l’histoire de Southwark, où le commerce de houblon battait son plein au siècle dernier. Cette liane herbacée et vivace sert, depuis le XIIè siècle, à aromatiser la bière.

Ce qui nous amène aux espaces de restauration. Le toit-terrasse du nouveau Hoxton abrite le Seabar dont la carte des cocktails compte déjà parmi les « World’s 50 Best Bars lists ». William Elliott, le responsable qui s’applique à choisir des vins bio-dynamiques, qualifie lui-même ses créations d’ « exotiques ». Des breuvages, dans tous les cas, exquis qui accompagnent l’une des plus riches sélections d’huîtres de Londres, ainsi qu’un ensemble de spécialités crues. Quatorze étages plus bas, au rez-de-chaussée, le restaurant Albie pavoise, matin, midi et soir, aux couleurs de la Méditerranée.

À tester, dans un autre registre : le breakfast bag, qui fait office de petit-déjeuner en chambre. Il suffit de remplir le sac en papier craft plié à côté du lit pour mieux le voir revenir ravitaillé, entre 7h et 9h. À la place du yaourt mis en vedette dans la plupart des Hoxton, c’est une pâtisserie fraîche qui, à Southwark, fait, en plus d’un jus et d’un fruit, le bonheur des lève-tôt.

Pause gourmande qui laisse le temps de savourer la décoration de sa chambre. Courtesy of Ennismore Design, studio de renom qui a veillé à souligner le cachet industriel des lieux (le groupe Hoxton est passé maître dans la reconversion d’anciennes usines) en introduisant plus de lumière naturelle à l’intérieur. Le choix d’un bois blond, d’une tête de lit en velours, d’une vaisselle fait main apporte de la douceur et un sentiment d’intimité, qui s’avèrent d’autant plus les bienvenus à l’heure d’un départ. Il est temps de sauter dans le train du retour. À ce propos, le saviez-vous ? Eurostar fête ses 25 ans cette année. Joyeux anniversaire à cette société avec qui il fait bon traverser la Manche.

No Comments

Post A Comment