Blog

Le Hoxton s’implante à Chicago

  |   Amérique du nord, Août, Découvertes, En Weekend, Haut de Gamme, Hébergements insolites, Juillet, Juin, Non classé, Notre séléction, Restaurants, Septembre, USA, Villes & Architecture   |   No comment

Non, ce n’est pas une plaisanterie. Le 1er avril ouvrait, à Chicago, la septième antenne de la maison Hoxton. Ses deux restaurants ainsi que son bar à cocktails comptent déjà parmi les adresses les plus prisées de Fulton Market District, pittoresque quartier du centre-ouest de la ville. Conformément à l’esprit du groupe Ennismore, collection d’hôtels dont les Hoxton font partie, le volet communautaire occupe une place centrale dans la programmation du lieu. Une myriade d’événements anime déjà The Appartement, vaste suite réservée aux conférences, vernissages, tournages, et autres. Au dernier étage, ô surprise, une piscine déjà prise d’assaut, de jour comme de nuit, par insiders et outsiders. Il s’agit du premier point d’eau en hauteur du groupe. N’oublions pas le wellness (plutôt que fitness) center et les espaces marchands qui privilégient les commerces voisins. À venir, enfin, un espace de co-working aux deuxième et troisième étages fera le plaisir des entrepreneurs en mal de compagnie.

Décorées par le studio Ennismore Design, les 182 chambres du Hoxton Chicago se déclinent en trois catégories, Snug (douillet, en anglais), Roomy (spacieux) & Cosy (confortable). Ciment brut au plafond, fenêtres d’entrepôt, appuie-tête en cuir, abat-jours en cuivre, carrelage chevronné dans les salles de bain… Ce style industriel chic est la marque de fabrique de la maison Hoxton qui met un point d’honneur à rénover et, partant, à reconvertir, des immeubles en friche. Un mobilier aux accents rétro vient généralement souligner le passé manufacturier de certains sites. Ce qui n’empêche pas à des artistes contemporains d’y déposer leur empreinte. Le motif sinueux des dessus de lit, par exemple, est dû à Cody Hudson, Chicagoan de quarante-huit ans exposé dans les monde entier.

Côté restauration, au sens d’alimentation et non de rénovation, The Hoxton n’est pas en reste. Ses deux tables en font déjà un point de rendez-vous de choix à Chicago. L’hôtel jouit actuellement d’un partenariat avec le groupe Boka (Girl & the Goat, Momotaro, Bellemore…). De haut en bas. Sur le rooftop, une cevicheria appelée Cabra. Rares sont les restaurants péruviens dans la ville des vents, alors pourquoi pas ? L’idée s’avère d’autant plus géniale que les recettes de Stephanie Izard ont déjà le vent en poupe (pun intended). Fixe pour l’année, le menu comprend des empanadas à se rouler, non dans la farine, qui est l’une des bases de ce plat latin, mais par terre. Au rez-de-chaussée, Cira et le chef Chris Pandel, qui met la Méditerranée à l’honneur, font autant de bruit. Assiettes à partager 7/7 j ! Quant au Lazy Bird, littéralement « l’oiseau paresseux » (jeu de mots avec lady bird, qui signifie coccinelle), il intrigue rien que par son nom. S’y tiennent des concerts de jazz, de rock et de soul, autour d’une cinquantaine de cocktails signature.

Ces trois espaces gastronomiques ainsi que les parties communes de l’établissement ont été imaginées par AvroKO, entreprise de décoration intérieure dont l’activité se partage surtout entre New York, Los Angeles, et Chicago. Le lobby, que surplombe une tapisserie originale d’Alexander Calder, regorge d’œuvres d’art sélectionnées par Anna Cerniglia (250 en tout et pour tout) qui intervient, sous la bannière de ses Johalla Projects, comme consultante au sein de diverses institutions. Les quelques pièces exposées dans la « gallery » du rez-de-chausée sont amenées à tourner. The Apartment est, lui, destiné à des rassemblements plus intimes.

The Hoxton se voit et se présente avant tout comme un hub communautaire, irrigué par une programmation culturelle ouverte à tous. L’une de ses particularités réside dans The Hox Friends, initiative qui met indirectement les clients de l’hôtel en contact avec des autochtones. Ils sont peintres, musiciens, militants, marchands, entrepreneurs…. À chaque membre, sa chambre, où il lui revient de déposer une poignée de livres. Dans certains ouvrages se sont glissées, sous forme de marque-pages, des listes d’adresses à tester. Une attention aussi charmante que pratique !

No Comments

Post A Comment