Blog

Un Lutétia au parfum de Méditerranée

  |   Non classé   |   No comment

Qui dit hôtel historique, dit série de dates à retenir. Fondé en 1910, le Lutétia vient de rouvrir ses portes, en juillet dernier. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, il fut réquisitionné au même titre que d’autres palaces parisiens, par l’armée allemande, avant de devenir un point de rencontre salutaire pour les déportés et leurs proches. Quant à l’ouverture de la Brasserie, qui remonte au 4 février, elle marque une étape majeure dans la renaissance de l’établissement qui nous réserve encore bien des surprises.

L’entrée boulevard Raspail, jouxte la porte de la galerie qui sera réservée à l’artiste Fred Allard et dont l’inauguration approche à grands pas. La luminosité de la salle est ce qui saute d’emblée aux yeux. Le regard se pose ensuite progressivement sur les portraits de dix personnalités (Joséphine Baker, Sonia Rykiel…) réalisés par Jean Le Gac. Le Sea Bar qui trône tout au fond est une source intarissable d’animation. Qu’il est plaisant d’admirer les cuisiniers à l’œuvre !

Non, il n’est pas là. Enfin, que rarement. Le chef Gérald Passédat, qui officie au Petit Nice et au Môle, la grande table du MuCEM, à Marseille, intervient à l’Hôtel Lutétia en tant que consultant. C’est lui signe la carte de la brasserie, et quelques audaces qui ne manquent pas d’amuser la clientèle. Soucieux d’amener la Méditerranée à Paris, on lui doit de proposer ponctuellement du poulpe, et des pieds paquets (spécialité marseillaise composée d’abats d’agneau) parmi les plats du jour. Patrick Charvet, le chef de cuisine, veille de son côté à l’exécution de ces recettes originales pour un palais novice.

Sur la carte des boissons, la cuvée de champagne Lutetia se révèle incontournable. L’hôtel a appartenu à la famille Taittinger, avant de passer entre les mains de Starwood Capital Group, en 2005 à 2010. Si le pain Poujauran a les faveurs de Gérald Passédat, qui fait soit dit en passant venir son huile d’olive de Sicile, Benjamin Brial, chef exécutif qui coordonne tous les espaces de restauration de l’établissement, préfère travailler avec le boulanger MOF Frédéric Lalos. Rien que par son nom, le « café canaille » qui ponctue le menu fait envie. Les uns y verront un clin d’œil au cap Canaille, dans les Bouches-du-Rhône, département de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Et c’est tant mieux. Tous les moyens sont bons, à la Brasserie, pour se rapprocher du Sud.

Afin d’éliminer, rendez-vous au spa Akasha, sept cents mètres carrés où alternent séances de coaching et traitements en tout genre (visage, corps, manucure, pédicure, brushing…). Le planning des cours collectifs du Lutétia s’avère on ne peut plus complet : yoga, cours d’abdos, bootcamp, aqua training, dans la sublime piscine de 17 mètres de long. De quoi remonter, sans se culpabiliser, au bar Saint Germain, prendre un goûter à l’heure du tea time.

No Comments

Post A Comment