Blog

A Londres, Nobu tient le bon bout

  |   Angleterre, Europe, Haut de Gamme, Hébergements insolites, Insolite, Mars, Restaurants   |   No comment

Attention ! Il est vrai que quand on lance une recherche sur internet on trouve une poignée de restaurants sous ce nom. La chaîne est même internationale. On doit d’ailleurs à Robert De Niro d’en avoir lancé la première antenne new-yorkaise. L’enseigne Nobu ne cesse toutefois de se développer en une série d’hôtels. Huit s’avèrent, plus exactement, en cours de lancement. Alors oui, Londres compte trois tables de ce prestigieux groupe, mais aussi un quatre étoiles basé à Shoreditch, quartier particulièrement en vogue ces temps-ci.

5FA5BC1B-6DB6-474A-9F10-E92153D789CE

C’est le moins que l’on puisse dire, ne serait-ce que d’un point de vue hôtelier. A côté des 143 chambres et sept suites du Nobu, se trouvent The Hoxton, The Ace, et The Curtain, dont le Members Club attire tous les jours une pléthore d’avocats. Le design du hall, signé Ron Arnaud et Ben Adams Architects, donne le ton. Du noir, du bois, et du ciment. L’association de ces couleurs et matériaux doit évoquer la rencontre l’ouest et de l’est, leitmotiv de l’établissement. De manière générale, il ne faut pas se fier à l’éclairage tamisé qui domine nettement dans l’immeuble. Partout ont été prévues des ouvertures, des percées destinées à laisser entrer la lumière naturelle. Ce dialogue permanent entre intérieur et extérieur se veut un emprunt direct à la culture asiatique.

2F7D8473-95C0-4786-AFB2-5D28A8D3DE33

De même, si la carte du restaurant, au sous-sol, apparaît comme une déclaration d’amour à la cuisine japonaise, elle inclue également des saveurs importées du Pérou. Le sashimi de sériole au piment jalapeño ainsi que le charbonnier au miso offrent, entre autres, un parfait exemple de syncrétisme culturel. Toutes les recettes du grand Nobu Matsuhisa – qui a, on l’aura compris, donné son prénom au groupe – sont ici exécutées par le chef Greg Sergithe. Imaginée par la compagnie Studio PCH, la salle à manger de 340 m2 abrite 240 couverts au total. Elle comporte en outre un espace semi-privatif d’une capacité de dix-huit personnes, d’où on peut admirer les cuisiniers préparer leurs commandes en direct. Quant à la terrasse du restaurant, surnommée “pocket garden” (jardin de poche), elle s’apparente pour beaucoup à une “véritable oasis au cœur de Londres”. Le matin, petit-déjeuner “buffet” ou “à la carte”. Au choix.

9E5D4F68-4FC3-4B69-9A59-E011DBB9F13E

Trois catégories de chambres coexistent au sein du Nobu. À la Deluxe et à l’Executive, toutes deux de 22 m2, s’oppose la Premium (King ou Double Twin) de 26 m2 qui, dans sa salle de bain, offre le choix entre une douche “à l’italienne” et une baignoire. La superficie des suites oscille, quant à elle, entre 33 (Studio Suite) et 80m2 (Nobu Suite). De toutes parts, des poutres en acier répondent à une tuyauterie noire, et de plaques de ciment lissé. Une esthétique minimaliste à caractère atemporelle que réchauffe pourtant la présence de meubles en bois clair. Inutile d’allumer la télévision. La plupart des écrans, rotatifs, sont un divertissement en soi. Pendant une minute, les voilà orientés face au canapé du petit salon ; la suivante, il faut sauter sur le lit pour pouvoir suivre les images qui y défilent.

No Comments

Post A Comment