Blog

Une Saint-Valentin gourmande à Paris

  |   Europe, Février, France, Non classé, Restaurants, Vins & Gastronomie   |   No comment

À l’amour fusion répond aujourd’hui la cuisine fusion. Heureusement, il n’existe pas qu’une recette pour allier aliments et sentiments. Cette année, trois grands hôtels redoublent d’imagination pour honorer le Couple sous toutes ses formes.

Un Park Hyatt fort en chocolat

Exit les boîtes de bonbons en forme de cœur, les fraises surmontées d’une crème chantilly trop sucrée et à moitié fondue. Cap sur le Park Hyatt, pour déguster la dernière création originale du Chef Pâtissier Jimmy Mornet, deux adorables oiseaux perchés sur un amas de branches. Ce dessert à partager incarne ceux qui le dégustent, des amoureux inséparables, se bécotant inlassablement dans leur nid douillet. Le montage est net, précis, et coloré. Cette douceur, exécutée avec minutie se compose d’un biscuit croustillant chocolat-noisette, d’un confit framboise pépin coquelicot, d’une mousse chocolat lactée 40%, et d’un glaçage chocolat noir.

pep-paris-saint-valentin-2

Le Ritz sucré-salé 

Si l’inauguration du Ritz de Riyadh est prévue pour le 14 février, la maison-mère parisienne se prépare à fêter sa deuxième Saint-Valentin depuis sa réouverture en 2016. À cette occasion, le chef pâtissier François Perret a eu carte blanche pour composer un menu sucré-salé, défi que la plupart des cuisiniers se gardent de relever. On se souvient de l’audace de Claire Heitzler. L’actuelle directrice de la création de la maison Ladurée avait osé servir chez Lasserre de la tomate avec des blancs d’œufs à la noix de coco, des artichauts rôtis aux amandes torréfiées. La table new-yorkaise de l’incontournable pâtissier Dominique Ansel épouse le même concept.

Du côté de la place Vendôme, François Perret propose, en entrée, une « Madeleine au grué de cacao et fleur de sel, lait au poivre rouge Kampot » ; un « Toast de brioche au pamplemousse et chou-fleur craquant, wasabi » ; des « Oignons caramélisés et graines de passion » ; ou encore une « Pomme Granny et persil, pignon de pain et poivre Voantsy Perifery ». Se présentent en plats, un « Biscuit de Savoie aux amandes et Comté Gaufrette framboise, céleri branche et truffe » ; des « Maïs et popcorns caramélisés », des « Piquillos confits glacés au foin accompagné d’un pain au grué de cacao et pépites de chocolat » ; une « Semoule légère, pomme confite et craquante, caramel de cidre, roquette, vieux parmesan », une « Poire au vin d’Arbois, noix et Beaufort des Alpages ». Pour conclure ce repas de roi… et de reine, une « Fraîcheur de yaourt, fenouil croquant et vinaigrette au citron. Infusion cacao-gingembre » et des « Mignardises biscuitières ».

pep-paris-saint-valentin-3

Le Grand Hôtel du Palais Royal

Pour la Saint-Valentin 2018, le Lulli ouvre exceptionnellement ses portes le soir pour un dîner en toute intimité. En complément d’une coupe de champagne et de quelques amuse-bouche, le Chef Exécutif Jean-Baptiste Orieux a imaginé quatre plats originaux. À une « Raviole de foie gras parfumée à la truffe » succèdent un « Carpaccio de Saint-Jacques et mangue » ; un « Mignon de veau, crumble d’amandes fumées, cœur d’artichaut » ; et, pour couronner le tout, un « Gâteau croustillant pamplemousse et rose ». Un cadeau attend les clients à la sortie. Et parce qu’il convient de ménager toute surprise, nous n’en révèlerons pas ici le contenu.

pep-paris-saint-valentin-4

No Comments

Post A Comment