Blog

pep-surrey-5-1200x800

Un aperçu de New York depuis The Surrey

  |   Amérique du nord, USA

 

On rentre de l’U. S. Open après une soirée d’inauguration chargée en émotions (Plus d’info ICI). Le voiturier déloge le chauffeur de la limousine pour aller chercher une place dans l’une des artères surpeuplées de Manhattan. La façade discrète de l’hôtel ne laisse pas deviner qu’il s’agit d’un Relais & Châteaux ; et pourtant…

 

The Surrey hôtel de luxe à New York.

 

Les portes s’ouvrent, dévoilant le visage de Kate Moss accroché de l’autre côté du hall d’entrée. Ce cliché de Chuck Close (2007) trahit la vocation artistique du Surrey. Situé au croisement de la Museum Mile, la rue des musées – dont le Met et le Guggenheim à proximité -, et de Madison Avenue, les Champs-Élysées de New York, cet élégant hôtel de luxe expose une trentaine d’œuvres d’art, réparties tant dans ses espaces privés que publics. Derrière le comptoir, on lit You Are My Own une composition due à la photographe Jenny Holzer (1996). Dans l’une des chambres repose un document d’archive précieux, un portrait noir et blanc de Frida Kahlo et Diego Rivera, signé Imogen Cunningham.

 

The Surrey hôtel de luxe à New York.

 

Le ton est lancé. Minuit approche. Il est trop tard pour tester le restaurant Café Boulud, sur place. Heureusement que le room service existe. Ainsi, les spécialités du chef montent à soi – Daniel de son prénom -, parmi lesquelles la salade de haricots verts au jambon serrano, l’assiette de légumes à la prune, ou encore le porc rôti à la sauce vietnamienne. On allume son grand écran 16/9 pour regarder la retransmission de certains matchs de tennis : on ne pouvait guère se trouver sur tous les courts dans la journée.

 

The Surrey hôtel de luxe à New York.

 

Le petit-déjeuner vaut à lui seul le détour. Entre une paire de pancakes aériens au possible, un menu continental composé de pâtisseries faites maison, d’une omelette aux pommes de terre et légumes du marché, d’une quiche champignon (eh oui, dès le matin ; ils n’ont peur de rien ces Américains), d’une brioche dite française, assaisonnée d’un sirop au fruit de la passion… le choix s’avère cornélien.

 

The Surrey hôtel de luxe à New York.

 

Un détour au Fitness Center du deuxième étage s’impose dans tous les cas. S’ensuit une séance de relaxation au Cornelia Spa, le premier spa à avoir introduit le Somadome sur la côte est des États-Unis. En jouant sur les couleurs, les rythmes binaires et tertiaires, cette espèce de boule de pétanque géante offre une expérience de méditation unique, idéale pour les hommes d’affaires « overbookés » et la voyageurs « jetlagués ». On sort de cette cabine sphérique régénéré.

 

The Surrey hôtel de luxe à New York.

 

C’est donc dans un état de sérénité totale que l’on monte au dix-septième et ultime étage du Surrey, sur le toit, à la découverte d’une terrasse privée. En contrebas, Central Park, et plus largement, l’Upper Side, s’élancent vers l’horizon. Derrière soi, un bar accessible aux clients de l’hôtel seulement. On replonge son regard dans le panorama urbain, en pensant : « À nous deux, New York ! »

 

Voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe, voyage de luxe, voyage de luxe

voyage de lux voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe voyage de luxe