Blog

voyage-guatemala-antigua-2

Antigua, berceau baroque du Guatemala

  |   Amérique centrale et Caraïbes, Découvertes, Guatemala, Villes & Architecture   |   No comment

On foule les pavés de cette place lumineuse comme le sable d’une plage exotique. Le soleil dans les yeux. Cette place centrale, alias place d’armes, constitue l’un des joyaux coloniaux d’Antigua. Cette place carrée, traversée par de larges avenues du nord au sud, et d’étroites rues d’est en ouest. Au centre, trône une fontaine peuplée de sirènes, dont certaines, en pressant leurs généreuses poitrines, font jaillir de l’eau, motif baroque par excellence. Et pour cause, l’ancienne capitale guatémaltèque regorge de trésors datant des XVIe et XVIIe siècles, la plupart rescapés du tremblement de terre de 1773. Dire que sans cette catastrophe naturelle, non seulement l’ancienne capitale abriterait encore 38 églises au total, mais surtout le gouvernement espagnol ne l’aurait pas remplacée par Guatemala City. Promenade nostalgique au cœur de l’Amérique centrale.

 

voyage-guatemala-antigua-1

 

Parmi les monuments qui ont valu à Antigua ses titres de Monument National et de Monument des Amériques, on commence par l’ancienne Cathédrale Saint-Joseph. Gare à ceux qui oseraient parler d’église, chaque guide insiste sur le statut de cathédrale, acquis en 1743 par ce lieu de culte catholique dont les restaurations ne se comptent plus. Quand on pense que cette façade romane d’un blanc éclatant date de 1541, on ne s’étonne pas qu’elle s’effrite par endroits. Et pourtant, sans la série de tremblements de terre dont la cité d’Antigua fut frappée au XVIIIsiècle, peut-être aurait-elle pu se passer d’un relooking, en 1669. En 1773, rebelote : un nouveau séisme endommage l’ensemble. Si les deux tours principales semblent encore intactes, nombre de volutes n’en sont pas sorties indemnes. On peut se réjouir d’avoir obtenu l’autorisation de visiter la crypte : l’expérience n’est pas donnée à tout le monde. Quant aux tunnels attenants, en plus d’être inaccessibles, ils sont le théâtre d’un mystère encore irrésolu. Où a disparu la dépouille du conquérant Pedro de Alvadaro, dont la fille Éléonore s’était assurée qu’elle atterrisse en ce lieu sûr ?

 

voyage-guatemala-antigua-3

 

Autre fierté du Patrimoine Mondial de l’Unesco : la Iglesia de La Merced. Son architecte, Juan de Dios Estrada a eu la brillante idée de construire des colonnes plus larges que la norme afin que l’édifice résiste à l’assaut de quelque tremblement de terre. La partie supérieure de la façade est dominée par San Pedro Nolasco fondateur de l’Ordre Mercedaria. En dessous, c’est le visage de Nuestra Señora de las Mercedes qui illumine les bas reliefs jaunis par le temps. Les sculptures en stuc et brique de San Ramon Nonato et San Pedro Armendol occupent l’aile gauche du monument. San Pedro et Santa Maria de Cervello, première religieuse a avoir investi ce sanctuaire originellement masculin, la droite. Ouverture en 1767, sous le regard d’un Christ crucifère, effigie attitrée depuis 1650.

 

 

voyage-guatemala-antigua-4

 

Dernière étape baroque : le couvent des Capuchinas, originellement baptisé Iglesia de Nuestra señora del Pilar de Zaragoza. Ouvert en 1736, il s’est imposé comme le seul couvent de la ville, puis comme le premier établissement à ne plus exiger de dot aux jeunes filles souhaitant entrer dans les ordres. L’anecdote fait sourire quand on se tient devant cet immense bâtiment d’apparence carcérale. En ce sens, l’érosion subie par les enceintes confère au site un charme presque rassurant. On pourrait y rester des heures et, à Antigua, des jours.

 

voyage-guatemala-antigua-5

No Comments

Post A Comment